Valenciennes se prépare à initier une nouvelle collaboration. Le club de Ligue 2 signe un partenariat de trois ans (jusqu’en 2019) avec un nouvel équipementier : Kipsta, la marque de Decathlon pour les sports collectifs. Kipsta prend la suite d’Uhlsport, l’équipementier du VAFC depuis 2011. Déjà équipementier du Castres Olympique (Top 14) et de Gravelines-Dunkerque (Pro A), la marque était à la recherche d’un club de haut niveau dans le football. L’accord recèle également un ancrage régional fort.

Leur maintien assuré, les joueurs en vacances, les dirigeants du VAFC préparent la saison prochaine. Le 20 juin, les Valenciennois seront rhabillés de la tête aux pieds par un nouvel équipementier nordiste. Le VAFC, club de football Valenciennes, a signé un partenariat avec la marque nordiste Kipsta, basée à Tourcoing. L’enseigne des sports collectifs de Decathlon fait son retour dans le monde du football professionnel. Il y a quelques années, Kipsta était l’équipementier du LOSC.

La nouvelle association revêt un ancrage régional important. J’y suis né, j’y travaille et j’y développe des activités, explique Eddy Zdziech, président du VAFC. Donc, un partenaire régional, c’était important pour nous. Surtout un partenaire qui a les mêmes valeurs que nous, c’est-à-dire de faire participer un maximum de personnes au monde du football. Illustration avec le pari de la qualité à bas prix pour le futur maillot. A l’heure où la tendance est à l’inflation dans le tarif des maillots replicas (la conséquence notamment de l’appétit des clubs auprès des équipementiers, ndlr), Valenciennes et Kipsta promettent un maillot accessible aux supporters. On sera le maillot le moins cher de la Ligue 1 et de la Ligue 2, souligne Franck Demaret, directeur général de Kipsta. Et on n’aura de cesse de travailler pour continuer à baisser le prix. Un prix qui devrait tourner aux alentours de 50 euros pour la tunique adulte et de 40 euros pour celle junior. La technicité d’un produit, sa qualité et son esthétisme ne doivent pas être une question de prix, estime le responsable de Kipsta.

Le maillot le moins cher du foot pro français

Kipsta souhaite rester fidèle à ses origines. Tout naturellement nous nous sommes tournés vers le VAFC. Des valeurs communes, une envie de partager et de progresser, d’être proche du club et de ses parties prenantes, confie également Franck Demaret. En mars 2015, la marque « ch’ti » a inauguré son Kipstadium, situé à 60 km du stade du Hainaut. Un site de huit hectares permettant de pratiquer tous les sports collectifs. C’est aussi le lieu où travaillent les ingénieurs et les développeurs de la marque : notre objectif est de perfectionner nos produits, nous demandons et utilisons tous les retours des joueurs pour améliorer nos chaussures et nos maillots, explique encore Franck Demaret.

Second atout de ce partenariat pour le club : privé de boutique officielle, le VAFC bénéficiera du réseau de magasins de l’enseigne nordiste. Les nouveaux maillots seront livrés dans un mois. Ils seront rouges évidemment, avec un liseré noir ainsi que quelques touches de blanc, selon les indiscrétions. Petite nouveauté : le scapulaire devrait faire son retour. En 2017-2018, le dessin d’un des maillots sera retenu parmi des propositions de supporteurs.

Kipsta n’arrive pas sans expérience dans le milieu du sport de haut niveau. La marque, créée en 1998, habillait déjà les basketteurs du BCM Gravelines Dunkerque, les joueurs de rugby de Castres et quelques footballeurs comme Mickaël Landreau, l’ancien gardien du LOSC, depuis 2011.