La dernière étude de Nielsen Sports s’intéresse au secteur des banques et assurances, acteurs incontournables du sponsoring sportif. Focus.

Si les contrats de sponsoring sont nombreux, les montants engagés sont également très importants : les dix plus gros contrats de sponsoring au niveau mondial représentent pour la saison en cours environ 300 millions d’euros. Ils concernent principalement des compétitions internationales ou nationales très médiatisées. Selon les relevés de Nielsen Sports, spécialiste dans la mesure et l’évaluation du marketing sportif, les dépenses de sponsoring du secteur Banques et Assurances dépassent les deux milliards d’euros par an tous sports confondus au niveau mondial.

Sans surprise, le football est plébiscité dans le volume de partenariats signés avec le secteur sur tous les continents, sauf en Amérique du Nord où le football américain, le basket-ball et le baseball dament le pion au soccer. Dans la zone Asie-Pacifique, les banques et les assurances investissent dans le rugby (tiré par l’Australie et la Nouvelle-Zélande). Parmi l’ensemble des accords signés, on retrouve d’importants contrats de naming. Une forme de communication dans laquelle les banques et assurances sont surreprésentées avec deux fois plus d’accords recensés que le secteur suivant, les télécommunications.