Le marketing sportif n’est plus un tabou pour le monde de la voile. Ce n’était déjà plus le cas pour les skippers professionnels et cela le sera de moins en moins pour la Fédération française de voile (FFVoile). Jean-Pierre Champion, son président, a entrepris de positionner la FFVoile au service de ses clients : les Français – pas seulement les pratiquants – et les sponsors. Avant le Nautic (du 7 au 15 décembre à Paris Expo Porte de Versailles), focus sur la stratégie poursuivie par la FFVoile.

La Fédération française de voile a sondé au cours de l’été dernier avec l’aide de l’agence REPUCOM 3.500 Français entre 16 et 79 ans. Ils ont été interrogés sur leur appétence pour la voile. Des licenciés, mais aussi 2.500 anonymes. Dans quel but ? Nous avions besoin de connaître la réalité du terrain, explique à Sponsoring.fr, Jean-Pierre Champion, président de la FFVoile. Nous avions des ressentis sur la perception des Français sur notre discipline, mais pas de données précises. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de nous adresser à un partenaire en lui présentant une vision claire et objective de la voile.

Les résultats permettent en effet de vérifier une impression : la voile a la cote auprès des Français. 12 millions d’entre eux aimeraient grimper à bord d’un voilier pour découvrir la discipline ! Il y a une aspiration des Français à venir nous découvrir, nous devons nous inscrire dans une nouvelle démarche pour les accueillir, commente Jean-Pierre Champion.

Nous allons rebâtir notre offre en direction des partenaires

Dans l’approche de la FFVoile, il y a aussi l’idée de se réapproprier son programme marketing. La démarche entreprise par la Fédération française de football nous a intéressée, indique le président de la fédération aux 290.000 licenciés. Avec cette étude, nous allons rebâtir notre offre en direction des partenaires grâce à des données incontestées et incontestables. De ses fichiers, la FFVoile peut désormais ressortir le profil de la cellule familiale de chaque personne intéressée par l’univers de la voile ; l’intérêt pour les différentes pratiques de la discipline ; le rapport aux autres sports ou bien l’intérêt pour les secteurs d’activité économique.

Deux millions d’euros de partenariats

Dans son budget de 11 millions d’euros, deux seulement sont apportés par les partenaires. A moyen terme l’objectif serait d’arriver à un quart des recettes assumé par les sponsors. Pour convaincre de nouveaux partenaires de s’engager à ses côtés, la FFVoile avait besoin de pouvoir convaincre ses interlocuteurs de l’intérêt de communiquer auprès de la communauté voile. En son coeur, on trouve les pratiquants. A majorité masculins CSP+. Le grand public répond massivement présent dès qu’on évoque les courses au large. 62% des Français déclarent de l’intérêt pour 20 grands événements français. Les deux événements les plus suivis sont le Vendée Globe et la Route du Rhum. Onze millions de Français se déplacent régulièrement aux départs des courses. Le sport qui est le plus éloigné des préoccupations des amateurs de voile est le football tandis que ceux qui sont le plus appréciés sont l’équitation, le golf, le ski ou la boxe.

Enfin, 26 millions de Français consomment la voile dans les médias avec un comportement de surconsommation et une appétence pour le digital supérieure à la moyenne des Français. 80% des déclarations d’accidents sont réalisées en ligne, abonde Jean-Pierre Champion.