On savait que les dirigeants de la FIFA n’étaient pas des philanthropes mais on espérait (trop ?) quand même un peu. Son président Sepp Blatter s’est dit ouvert à l’idée de voir les annonceurs polluer les maillots des équipes nationales jusqu’ici vierges de toute publicité. Toutefois cette réforme ne devrait pas concerner la Coupe du Monde 2002. L’honneur est sauf !