Il va revenir et promet d’être encore plus fort. Hermann Maier prépare son retour sur les pistes. En attendant, l’Autrichien fait fructifier son capital. Son surnom, Herminator, est devenu une marque déposée !

Les rumeurs, relayées par plusieurs médias, le disaient fini. Hermann Maier était décrit déprimé; il allait raccrocher ses skis… S’il est déprimé, il cache bien son jeu. A l’occasion d’une conférence de presse donnée pendant les finales de la Coupe du monde de ski alpin, chez lui à Flachau, la superstar du cirque blanc est apparue bronzée, avec l’envie de revenir très prochainement sur le circuit (mais s’il a retrouvé l’essentiel de la masse musculaire à sa jambe gauche opérée, la droite, qui a perdu en partie sa sensibilité nerveuse, continue d’inquiéter).

En même temps qu’il annonçait son retour à la compétition, Maier a lancé un nouveau produit à son effigie : une barre énergétique aux céréales qui répond au nom d’Herminator ! Il fallait y penser. Depuis le temps qu’il truste les récompenses (trois victoires au général de la Coupe du monde) son surnom a traversé les frontières. Herminator est maintenant une marque déposée.

Le merchandising autour d’Herminator devrait se poursuivre avec d’autres produits prochainement commercialisés. L’an dernier, la star autrichienne avait empoché 7,6 millions d’euros. A l’époque, le Salzbourgeois prêtait son image à 63 produits commercialisés. Chaque année sont ainsi vendues quelque 800 000 bouteilles d’eau-de-vie, en forme du petit cochon chaussé de skis, tenant un trèfle à quatre feuilles dans son groin, qui est le symbole porte-bonheur de ses supporters. La firme de skis autrichienne Atomic lui verse annuellement 1,52 million d’euro comme base. Les victoires en Coupe du Monde et les médailles remportées aux Jeux Olympiques et Championnats du monde constituent chaque fois des primes supplémentaires, qui peuvent doubler les gains. Milka, BMW et la banque Raiffeisen sont d’autres parraineurs importants.
Avant Herminator, La Bomba

Herminator n’est pas le premier surnom qui soit devenu une marque déposée dans le ski. Il y a déjà eu un précédent avec Alberto Tomba. L’étoile italienne du slalom avait été surnommée La Bomba par des journalistes autrichiens. Sous la marque La Bomba, des sous-vêtements avaient fait leur apparition dans les linéaires des supermarchés.