L’énergéticien rejoint le club des partenaires nationaux de la compétition organisée en France l’été prochain (7 juin-7 juillet).

EDF rejoint le club des « supporters nationaux » de la compétition. Il devient le cinquième sponsor national du Mondial 2019 après le chimiste Arkema, la SNCF, le Crédit Agricole et la société de travail temporaire Proman. EDF pourra notamment exposer sa marque avant et pendant la compétition, bénéficier de formules de billetterie et d’hospitalité, et utiliser certaines marques et du contenu audiovisuel de la FIFA. «Ce partenariat s’inscrit dans la continuité de notre engagement dans le football et reflète les valeurs chères au groupe EDF que sont l’esprit d’équipe, l’inclusion et la diversité, commente Julien Villeret, Directeur de la Communication du groupe EDF. Cette compétition permettra de rassembler celles et ceux qui se passionnent pour le football.» Partenaire des équipes de France depuis 2014, l’énergéticien s’était déjà engagé auprès des Bleues lors du Mondial 2015.

Le comité d’organisation local (COL) mise sur six sponsors nationaux à un million d’euros chacun et dispose d’un budget de 65 millions d’euros. «L’impressionnante liste de nos Supporters nationaux confirme clairement l’intérêt croissant pour le football féminin, estime Philippe Le Floc’h, directeur Commercial de la FIFA. Dans le sillage de la Stratégie pour le football féminin que nous venons de lancer, la FIFA s’efforce de renforcer la visibilité du football féminin et de développer son potentiel commercial. Le fait de pouvoir collaborer avec des entreprises de premier plan telles qu’EDF nous aidera certainement à atteindre ces objectifs.»

La politique marketing de la FFF primée
La Fédération française de football (FFF) a reçu le prix UEFA Grow « Stratégie commerciale de sponsoring » (catégorie Recettes), récompensant sa stratégie de sponsoring. Les prix UEFA Grow, créés en 2015, récompensent les « initiatives et les réussites » des associations nationales membres de l’UEFA, tout en « communiquant des modèles de meilleures pratiques provenant de toute l’Europe ». Cette année, 106 dossiers émanant de 44 fédérations ont été soumis dans cinq catégories : image, participation, engagement, revenus, et marketing du football féminin.