Rémy Lévy était inquiet et il avait raison. Le président du club de handball de Montpellier (MAHB) craignait que la situation du MAHB ne se complique avec la perte probable d’un sponsor important. Il parlait de Brother. Le nom de l’entreprise apparaît sur le maillot du club pour 300.000 euros par an (sur un budget global de 7,4 millions d’euros). Brother figure parmi les partenaires principaux, aux côtés d’Asics, Groupama, la Société générale, Park&Suites Arena (la grande salle de la ville), Sud de France et les magasins U. Brother utilise également l’image de Nikola Karabatic dans sa communication.

Le groupe, qui vend notamment des imprimantes, des scanners et des fax, a confirmé dans la journée la rupture de son contrat de sponsoring avec le MAHB, mais également avec Nikola Karabatic. Une décision prise en total respect avec les valeurs d’honnêteté et d’intégrité de la marque et du Groupe Brother, explique la société.

Les dirigeants montpelliérains anticipent notamment une année à venir difficile. La semaine dernière, l’avocate du club, Me Michèle Tisseyre, avait évoqué des difficultés financières à l’horizon de la saison prochaine, tout en assurant que le MAHB pouvait toujours compter sur le soutien déterminant des collectivités territoriales (municipalité, agglomération, département, région).
Le communiqué de Brother

L’éthique, les valeurs d’intégrité et d’honnêteté sont primordiales et essentielles chez Brother et dans ses engagements d’entreprise (…) Or, dans de telles circonstances, Brother France considère ne plus pouvoir s’associer au club montpelliérain et à certains de ses joueurs. Nous sommes très attristés de devoir prendre une telle décision et nous souhaitons cependant au MAHB beaucoup de courage dans cette période difficile.