Novak Djokovic devient l’ambassadeur du style Lacoste sur les courts et à la ville. Après Gerblé il y a quelques années et plus récemment Peugeot, le Serbe inspire les marques françaises.

2017 est décidément l’année du changement pour Novak Djokovic. Après s’être séparé de son entraîneur pour travailler avec l’Américain Andre Agassi, Lacoste prend la suite du Japonais Uniqlo qui s’était offert l’image de Novak Djokovic en 2012. L’annonce a été faite le 22 mai, jour des 30 ans du numéro deux mondial.

Sur les courts, la marque au crocodile, qui fêtera ses 85 ans en 2018, a développé pour l’ex-numéro 1 mondial du tennis une ligne de vêtements au nom du joueur. Ces tenues ont été spécialement conçues pour accompagner Djokovic lors des quatre tournois du grand chelem et les autres tournois de la saison.

Lacoste frappe un grand coup en récupérant le vainqueur de l’édition 2016 de Roland Garros. Après avoir perdu le Français Richard Gasquet en 2014, la marque française n’avait plus d’égérie masculine digne de ce nom dans le milieu du tennis. Avec ce partenariat, je peux montrer à mon public que je ne suis pas qu’un tennisman, commente Djokovic. Car Lacoste, c’est aussi l’élégance qui se combine à la performance. Un engagement lourd. Le montant annuel est estimé entre 8 et 10 millions d’euros. Le Serbe garde son contrat chaussures avec Adidas en parallèle. Pour Lacoste, Djokovic était une évidence. Novak est bien plus qu’un joueur de tennis. Il peut aller sur le terrain du sport comme sur celui du « casual », estime Thierry Guiber, le PDG de Lacoste.

Chaque produit de la collection a été réalisé à partir de matières choisies pour leur qualité et leur performance, indique la marque. Les détails sont pensés pour le confort : les coutures ergonomiques évitent les frottements et les coupes apportent de l’aisance aux mouvements. La signature de Novak Djokovic est imprimée sur la manche gauche des polos aux graphismes inspirés des lignes des courts de tennis. Des touches bleues, blanches et rouges répondent aux fonds monochromes pour un style décontracté à la française. Des shorts blancs ou noirs viennent parfaire la silhouette.

Pour sa nouvelle campagne, la marque, qui réalise 220 millions d’euros de chiffre d’affaires en France, a imaginé un passage de témoin entre les deux champions, René Lacoste et Novak Djokovic. Un film, réalisé par Julien Pujol, revient sur l’acte fondateur de la marque : l’invention du Polo Lacoste L.12.12. Le jour où René Lacoste décida de briser les codes vestimentaires du tennis en découpant les manches de sa chemise pour en faire un polo et ainsi gagner en liberté de mouvement. Pour la campagne print, les visuels associent un noir et blanc années 1930 aux collections actuelles présentées en couleur.

Pour Djokovic, Lacoste sera certainement son dernier équipementier. La marque a en effet annoncé un partenariat d’au moins cinq ans. Le tennisman aura alors 35 ans.