Adidas prolonge son partenariat avec la Fédération internationale de football (FIFA) jusqu’en 2030. Il restera donc le fournisseur du ballon officiel, des tenues des arbitres et des bénévoles pour les Coupes du monde et tous les événements de la FIFA.

Le contrat actuel entre Adidas et la FIFA s’achevait en 2014, au terme de l’édition brésilienne de la Coupe du monde. Adidas mise sur ce partenariat pour contrer les ambitions de son rival américain Nike dans le football. La Coupe du monde de football, qu’elle accompagne depuis 1970, est un peu une chasse gardée pour la marque aux trois bandes. Aucun détail n’est donné sur les termes financiers du nouvel accord. L’actuel contrat, officialisé en 2005, est estimé à 350 millions de dollars.

L’équipementier originaire d’Herzogenaurach avait annoncé durant l’été qu’il tablait sur un chiffre d’affaires de deux milliards d’euros dans le football en 2014 (contre 1,5 milliard lors du Mondial 2010). Adidas détient notamment la licence d’exploitation des produits dérivés du Mondial brésilien. Le football est un segment très important pour Adidas, nous sommes la première marque dans ce sport et nous voulons le rester, annonce Herbert Hainer, le président d’Adidas. Le groupe est tout de même talonné de très près dans ce segment, estimé à cinq milliards d’euros par an, par son grand rival américain.

Nike grignote du terrain

Economiquement, l’année dernière, les activités d’Adidas avaient été dopées par les Jeux Olympiques à Londres et l’Euro 2012, deux événements dont l’équipementier allemand est partenaire. Mais, depuis, le groupe a du mal à poursuivre sur sa lancée, ce qui l’a conduit à lancer un avertissement sur résultats en septembre. Le numéro deux mondial du secteur a précisé que son résultat opérationnel avait reculé de 6% sur le troisième trimestre 2013 et son chiffre d’affaires de 7%. A contrario, Nike avait annoncé, fin août, une hausse de 8% de ses ventes en Europe au titre du premier trimestre de son exercice 2013-2014.