Le Montpellier Hérault Rugby change de statut et procède à une augmentation de capital. Cette mutation accompagne la prise en main du club montpelliérain par Louis Nicollin, patron du groupe éponyme, et président du club de football local depuis 1974.

Les actionnaires ont décidé, à l’unanimité, d’augmenter le capital de 2,2 millions d’euros et de le porter, ainsi, à 3,574 millions. Ils ont également adopté, à l’unanimité, la forme juridique de SASP (Société Anonyme Sportive Professionnelle) indique le club du Top 14. La passage de société anonyme à objet sportif (SAOS) à une SASP permet la distribution de dividendes et la rémunération des dirigeants.

A la tête du groupe éponyme spécialisé dans le traitement des ordures, Nicollin devient l’actionnaire majoritaire du rugby montpelliérain par le biais de cette augmentation de capital, après avoir injecté en janvier 1 million d’euros pour répondre au contrôle de la DNACG. Au lendemain de la démission de l’éphémère président Philippe Deffins (19 décembre-13 janvier 2009), Nicollin était devenu à la fois sponsor et actionnaire minoritaire (6%) du club héraultais. Quelques mois plus tôt, il s’était retiré du Béziers Hérault (ASBH) à la suite d’un conflit avec le maire (UMP) Raymond Couderc.

Le président du directoire Jean-Pierre Massines et le président du Conseil de surveillance Olivier Nicollin sont confortés dans leurs fonctions. L’un et l’autre avaient été nommés à ce poste au début de l’été pour succéder à l’ancien président Thierry Pérez, poussé à la démission par l’ancien président de la communauté d’Agglomération et de la Région Georges Frêche, décédé en octobre. Cette mutation met fin à l’ère Pérez, qui a dirigé le club de 1998 à 2010, même si le vice-président de LNR conserve ses parts et son rôle de dirigeant. Pérez a porté le club de la seconde division au Top 14. Passage au professionnalisme, inauguration du stade Du Manoir, le vice-président de la Ligue en a fait une place importante au sein du rugby français.

Les actionnaires, à l’unanimité, ont confirmé leur volonté de rechercher des partenaires supplémentaires pour renforcer le club dans une perspective de long terme poursuit le communiqué, confirmant la volonté des actionnaires de ne fermer la porte à aucun investisseur et notamment à l’entreprise Altrad, candidat à la reprise.