Place à la dixième vague du baromètre exclusif Sponsoring.fr réalisée par Future Thinking France avec Respondi sur les événements sportifs internationaux organisés sur le sol français. La dernière vague, dont nous publions les résultats dans ce numéro (voir pages suivantes), révèle que 56 % des Français ont entendu parler de la Coupe du monde féminine 2019, contre 39 % il y a 6 mois. L’événement devrait être suivi si l’on se fie aux données recueillies : 40 % des Français ont l’intention d’y assister ou de suivre la compétition dans les médias. Découvrez les principaux résultats du baromètre ainsi que la réaction des Français à l’intégration de nouveaux sports au programme olympique.

Au sein de ce baromètre, Paris 2024, fil rouge de l’étude, écrase tous ses confrères. Les résultats de la dixième vague montrent que 85 % des Français savent que la France va organiser les Jeux Olympiques d’été en 2024 et 68 % sont au courant de l’organisation des Jeux Paralympiques la même année. Cinq ans avant l’événement, 21 % des Français déclarent d’ores et déjà souhaiter assister aux Jeux. Cette intention atteint 34 % parmi les fans de sports. Dix-huit mois après l’annonce de la désignation de Paris, 62% des Français sont «contents que Paris organise les Jeux» 23 % sont même très contents, 9 % en sont mécontents.

Paris 2024 n’est pas l’unique événement dont la notoriété dépasse les 50 %. 56% des Français sont au courant de l’organisation la Coupe du monde de football féminine. Un niveau qui n’a cessé de grimper au fur et à mesure des différentes vagues du baromètre. 40 % envisagent d’assister en direct ou de suivre dans les médias la compétition. Parmi les fans de sport, on monte à 62 % d’intention. «Nous sommes dans la dernière ligne droite, décrypte Benoît Parraud, Directeur du Pôle Services de Future Thinking France. La Coupe du monde est vraiment lancée. Après une phase attentiste des Français, on perçoit chez eux un intérêt grandissant pour la compétition. Pour la première fois, l’événement passe au-dessus de la barre des 50%. Les résultats montrent également un intérêt de plus en plus prononcé pour le sport au féminin.» «En dehors de la Coupe du monde de football féminin, les informations recueillies sur les différents événements à venir sur le sol français sont stables d’une vague à l’autre, ajoute Benoît Parraud. Y compris pour les rendez-vous plus lointains comme la Coupe du monde de rugby programmée pour 2023. Cependant, alors que sept événements atteignent au moins 10% de notoriété, l’Eurovolley que la France accueillera en partie en septembre prochain (13-29 septembre) reste sous cette barre symbolique à 8 % de notoriété.»

Le breakdance mal perçu

Paris 2024 continue de bénéficier de taux élevés auprès des différentes catégories de sondés. L’annonce par le comité d’organisation d’introduire de nouveaux sports a été bien accueillie. «Il y a une vraie adhésion pour le surf, l’escalade et même le skateboard, constate le responsable de Future Thinking France. En revanche, le breakdance laisse les Français sceptiques sur son intérêt.» Ainsi, plus de 80 % des Français estiment que l’intégration de l’escalade (84 %) et du surf (82 %) aux épreuves olympiques de Paris 2024 est une bonne idée. 72 % pensent de même pour le skateboard. 52 % estiment par contre que l’intégration du breakdance est une mauvaise idée. «La discipline marque une fracture générationnelle entre les Français, affine Benoît Parraud. Quand 64 % des moins de 18-34 ans se montrent favorable à sa présence aux JO, ils ne sont que 48 % sur l’ensemble des Français à se montrer enthousiastes pour cette nouvelle discipline.» En tout cas, ils sont 70 % à estimer que ces nouvelles disciplines participent à «rajeunir» et à donner un «coup de jeune» aux Jeux Olympiques. On monte à 78 % chez les 18-34 ans. «Si l’objectif du Comité international olympique est d’intéresser les jeunes en proposant un nouveau programme, c’est une réussite.»

L’esport attire

Dans la même veine, l’ouverture des Jeux au grand public pour certaines épreuves est accueillie favorablement. Plus de 3 Français sur 4 (77 %) jugent que c’est «une bonne idée». L’idée de disputer d’une façon ou d’une autre un marathon olympique séduit. 31% des pratiquants de la course à pied se déclarent intéressés pour participer. Et s’ils n’iront pas suer sur le bitume, les Français pourraient s’adonner à l’esport. Interrogés sur leur appétence pour des épreuves connectées, plus de la moitié des Français trouvent intéressante «la possibilité d’offrir aux amateurs de sport de pouvoir affronter / effectuer des épreuves olympiques de voile ou d’aviron de façon connectée et virtuelle». 31% des Français se déclarent également «intéressés» pour «suivre ou pratiquer un sport à distance de façon connectée et virtuelle via une application». Une appétence encore plus importante parmi les 18-24 ans (55 %), les CSP+ (40 %) mais aussi les fans de sports (45 %).


Les sportifs incarnent Paris 2024
Anne Hidalgo, maire de Paris, reste la personnalité la plus spontanément associée à Paris 2024 alors que 75% des Français citent au moins spontanément une personnalité. Teddy Riner restant, lui, la personnalité qui incarne le mieux l’organisation des JO 2024. En somme, c’est le calme plat par rapport à la précédente vague. Toutefois, on remarque la présence de Tony Estanguet, président du COJO, dans le Top 4 sur les personnalités les plus associées aux JO, que ce soit en assisté ou spontanément.