Le fitness, terme emprunté à l’anglais dans les années 1980, signifie forme physique. Par abus de langage, on appelle aujourd’hui fitness un ensemble d’activités physiques douces visant à améliorer sa condition physique et hygiène de vie. Les activités peuvent être de type cardio-training (activités d’endurance pratiquées à l’intérieur, comme le vélo, le stepper, le tapis de marche, etc.), de type aérobic (cours essentiellement collectifs en musique chorégraphiés : step, low impact aerobic, etc.) ou du renforcement musculaire à base de poids légers (culture physique) ou sans charge (cours «abdos cuisses fessiers»). De par l’utilisation de poids massifs, la musculation n’est pas considérée comme étant du fitness. Les origines ? Le fitness trouve ses origines dans l’aérobic (gymnastique modelant le corps par des mouvements effectués en musique), qui lui-même naît du jazz-dance ou gym-jazz. En 1968, le docteur en médecine Kenneth H. Cooper, lieutenant-colonel dans l’US Army, développe un concept d’activités physiques dans le but d’apporter un gain de forme (reposant sur une activation du système cardio-vasculaire) à ses pratiquants. Afin de prouver l’utilité de ses exercices, il publie un ouvrage intitulé «Aérobic». Dans les années 1970, le mouvement aérobic se développe, se consolide et surtout devient médiatique sous l’impulsion de Jane Fonda. Celle-ci crée sa propre méthode de travail qu’elle nomme: Work Out. Dans les années 1980, le fitness arrive en France. Véronique et Davina sont les précurseurs d’un nouveau mouvement qui va sans cesse prendre de l’ampleur. C’est l’émission télévisée «Gym Tonic» qui les révèle au grand public. En 1986, Gin Miller crée les cours d’une composante majeure du fitness: le step. Dans les années 1990, les B.T.S. (Body Training System) font leur apparition et donnent lieu à ce que l’on appelle: Body pump, Body balance, Body combat, Body attack, Body jam, etc… A travers les exigences de la clientèle et des nouvelles structures de remise en forme, l’évolution du fitness dans les années 2000 a eu pour incidence la venue d’une clientèle plus variée, de par des créneaux plus adaptés, accessibles et nombreux, ainsi que grâce à des activités toujours plus nombreuses, en plus des activités traditionnelles développées. L’enseignement s’est également professionnalisé. Le métier dans le fitness a évolué et des services personnalisés se sont développés (coaching individuel). Ces dernières années, un bon nombre de structures indépendantes ont fait faillite. L’arrivée des grandes enseignes, les franchises, est un facteur d’explication.