Olivier Lombard, pilote de l’écurie Signatech-Nissan soutenu par Sponsoring.fr, s’apprête à prendre le départ de l’une des courses d’endurance les plus prestigieuses au monde : les 24 Heures du Mans. La rédaction était avec lui sur le circuit de la Sarthe lors des essais.

Olivier Lombard, c’est votre deuxième participation au Mans. En quoi cet événement est-il si important pour un pilote ?
C’est extrêmement important pour deux raisons. D’abord parce que c’est une course mythique et prestigieuse. Les plus grands pilotes se sont illustrés sur ce circuit. Ensuite parce que vous vous retrouvez au devant de la scène internationale et que les amateurs d’endurance automobile du monde entier ont les yeux rivés sur vous.

L’année dernière vous êtes arrivé 1er dans votre catégorie LMP2. La pression est maintenant sur vos épaules…
J’essaye de rester zen… C’est vrai que gagner dès sa première participation, ça pourrait mettre la pression. Et même si je vais tout faire pour réitérer cet exploit, je suis conscient que mon expérience est limitée au Mans et que je suis encore un très jeune sur ce circuit. Donc, un seul mot d’ordre : pas de pression. Et nous tirerons les conclusions qui s’imposent à la fin de la course.

Combien d’heures allez-vous piloter ?
C’est assez difficile à dire. Tout dépend des conditions de course. Mais normalement, je devrais faire à peu près 10 heures de course.

S’attaquer au Mans, cela signifie se préparer différemment ?
Du cardio pour l’essentiel. Du vélo et de la course à pied. Sans oublier de la musculation, essentielle sur une épreuve d’endurance comme les 24 Heures du Mans. La préparation est plus intense que pour n’importe quelle course. C’est certain. On accélère son entraînement à quelques semaines de la course et une semaine avant les 24 Heures, on essaye de se relaxer au maximum.

La voiture est au point ?
Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas eu de gros pépins chez Nissan. La voiture se comporte très bien. Nous avons constaté des petits soucis de direction hier (le 13 juin, Ndlr.). Mais cela sera rétabli d’ici la course !

Alain Jouve