L’opérateur de paris sportifs et de jeux en ligne BetClic et la radio Europe 1 affirment dans un communiqué commun être prêts à suspendre leur publicité sur les jeux en ligne à condition que les autres opérateurs publics et privés fassent de même…

Dès lors que toutes les actions de promotion, émissions dédiées, partenariat, sponsoring, des opérateurs de paris sportifs et de jeux en ligne – publics et privés – sont effectivement et clairement reportés ou annulés BetClic et Europe 1 déclarent qu’ils sont prêts eux aussi à suspendre leur accord de partenariat à l’antenne.

Précédemment, le ministre du Budget, Eric Woerth, avait affirmé que les publicités des opérateurs de jeux en ligne étaient illégales et devaient cesser immédiatement. A la demande du gouvernement, avait ajouté le ministre, la Française des Jeux et le PMU, qui bénéficient d’un monopole et qui peuvent donc faire de la publicité, se sont engagés à ne pas en faire sur les jeux en ligne. La Française des Jeux, qui a lancé le 17 avril une émission hebdomadaire avec la radio RTL, a annoncé que dès ce vendredi la marque de paris sportifs de la FDJ Cote et Match n’apparaît plus à l’antenne et que cette émission est désormais parrainée par la marque Loto.

Unibet tacle la FDJeux

A leur tour, Unibet et RMC ont annoncé la suspension de leur partenariat à l’antenne à partir du samedi 9 mai compte tenu des engagements pris par les autres opérateurs publics et privés de reporter ou d’annuler toutes leurs actions de promotion excessive, émissions dédiées, partenariat, sponsoring dans les médias.

Unibet en profite au passage pour tacler la Française des Jeux en constatant depuis plusieurs semaines un développement exponentiel des investissements publicitaires sous toutes leurs formes par l’opérateur public. Cette offensive massive a amené Unibet à anticiper son accord avec le groupe RMC, explique l’opérateur privé. La situation actuelle n’est satisfaisante pour personne, cette période ne doit donc pas servir d’alibi aux opérateurs publics encore en monopole pour abuser de leur position, souligne également Unibet.