L’Autorité de la concurrence prononce une sanction inédite de 3,5 millions d’euros contre le groupe Amaury, éditeur du quotidien Le Parisien et du quotidien sportif L’Equipe, pour avoir, fin 2008, mis en œuvre une stratégie d’éviction anticoncurrentielle contre le journal Le 10 Sport disparu depuis.

C’est la première fois que le gendarme de la concurrence condamne une entreprise de presse sur ce motif, et prononce une amende aussi lourde dans ce secteur. En septembre 2008, la société 10 Médias, fruit d’un partenariat entre Michel Moulin, fondateur de Paru Vendu et NextRadioTV (MRC, BFMTV), annonçait le lancement d’un quotidien sportif à bas coût (50 centimes d’euro) Le 10 Sport venant concurrencer frontalement L’Equipe, en situation de monopole. Deux semaines après cette annonce, le groupe Amaury, propriétaire notamment des journaux L’Equipe, Le Parisien et Aujourd’hui en France, lui renvoyait l’ascenseur en lançant lui aussi un nouveau quotidien sportif, Aujourd’hui Sport, à bas coût et avec une stratégie éditoriale similaire à celle du 10 Sport. Quand j’ai annoncé le 10 Sport à 50 centimes, le groupe Amaury s’est empressé de dire que ce n’était pas possible, avait soufflé Michel Moulin dans une interview au point.fr en 2009. [Et puis] soudainement, le groupe Amaury est capable de fabriquer un quotidien sportif à 50 centimes, ça veut dire que le groupe Amaury vole ses clients depuis des années et se moque d’eux. On ne saura jamais si l’aventure du quotidien aurait de toute façon perdurer, mais toujours est-il que Le 10 Sport devra rapidement baisser les armes et se rendre à l’évidence. Le marché ne pouvait pas absorber deux quotidiens aussi similaires. En mars 2009, en raison de ventes jugées insuffisantes, Le 10 Sport passe à un rythme de parution hebdomadaire avec un nouveau prix (85 centimes). L’éditeur du 10Sport.com, avait alors saisi l’Autorité de la concurrence.

Celle-ci estime aujourd’hui que le lancement d’Aujourd’hui Sport n’était pas rationnel d’un point de vue économique pour le groupe Amaury puisqu’il générait un sacrifice financier important du fait de l’effet de cannibalisation des ventes de L’Equipe par le nouveau quotidien. La stratégie mise en œuvre par le groupe Amaury a capté une partie des lecteurs du 10Sport.com, diminué ses ventes et son résultat opérationnel, ce qui a conduit in fine à l’arrêt de l’activité du quotidien, ajoute l’Autorité de la concurrence. Ce qui était bien l’objectif d’Aujourd’hui Sport.

Mais dans son jugement, l’Autorité de la concurrence a fait une concession d’importance. Si l’amende de 3,5 millions d’euros est record, elle devait être beaucoup plus élevée. Afin de tenir compte des difficultés financières des filiales presse du groupe, elle a réduit le montant initial de la sanction de 60 % ! L’Autorité s’est ainsi assurée que le groupe, qui couvre aussi d’autres activités telles que l’organisation d’événements sportifs (Tour de France, Marathon de Paris, le Dakar…) était en mesure de supporter cette sanction, a-t-elle expliqué.

Disparue depuis sous sa forme de quotidien, et maintenant hebdomadaire, la marque Le 10 Sport subsiste sous la forme d’un site internet.
Des ventes rapidement en berne

Si le premier numéro a été diffusé à 150.000 exemplaires le lundi 3 novembre 2008, les ventes sont ensuite tombées à 30.000 dès la fin de la première semaine quand le point-mort se situait à 80.000 exemplaires. Le 10 Sport annoncera avoir atteint une diffusion de 82.500 exemplaires en moyenne sur les sept premiers jours du mois de décembre 2008. Peu avant son passage en hebdomadaire, fin mars 2009, sa diffusion était retombée entre 25 et 30.000 exemplaires.

Quant à Aujourd’hui Sport, son éditeur a arrêté sa production quelques mois après Le 10 Sport avec un niveau de vente similaire à celui de son concurrent : autour de 35.000 exemplaires par jour en semaine, et 26.000 le dimanche.