Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) vient d’adopter le bilan pour l’exercice 2005 des chaînes de France Télévisions, de TF1 et de M6. Premier constat général : le sport occupe au maximum 5% du temps d’antenne (France 2) et 2,3% de la programmation totale des six chaînes observées. Deuxième constat : France 5 ne diffuse pas la moindre seconde de sport.

L’exercice 2005 des chaînes hertziennes gratuites historiques que constituent les chaînes de France Télévisions, TF1 et M6, a été examiné par le Conseil supérieur de l’audiovisuel le 26 septembre 2006. Il ressort de ce bilan que 1.109 heures et 52 minutes de sport ont été diffusées au total sur l’ensemble des chaînes hertziennes gratuites en 2005, ce qui représente 2,3% de la programmation totale des chaînes de TV (47.318 heures et 11 minutes). France 2 s’en tire haut la main… A elle seule, la chaîne aura diffusé plus d’un tiers de la programmation sportive générale (440 heures), soit 5% du temps d’antenne de la chaîne. Suivent France 3 (234 heures et 6 minutes), TF1 (189 heures et 40 minutes), M6 (128 heures et 26 minutes) et France 4 (117 heures et 40 minutes). France 5 ne diffuse aucun programme sportif pour sa part.

D’après le CSA, la programmation de M6 a connu une évolution significative, notamment avec la place plus importante accordée au sport, ce qui vient renforcer le caractère généraliste de la chaîne. Si la part du sport reste encore modeste par rapport aux autres genres de programmes, force est de constater que l’année 2005 représente néanmoins une étape décisive pour M6 qui a acquis de nombreux droits de diffusion dans le domaine du football : la finale de la Coupe de l’UEFA pour 2005 et 2006, les matches de l’Olympique de Marseille lors de la coupe Intertoto et de la coupe de l’UEFA. La chaîne a ainsi retransmis onze matches en 2005 dont dix en première partie de soirée. Cette présence du football sur son antenne s’est accrue encore en 2006 puisque M6 a acquis les droits de diffusion de 31 matches de la Coupe du monde. Carton rouge en revanche pour France 3. La fiction française, avec le feuilleton Plus belle la vie, est venue occuper la case auparavant réservée au sport et aux divertissements, note le CSA.

La haute autorité souligne enfin que les chaînes publiques ont joué la complémentarité en matière de programmes sportifs, notamment lors des grandes compétitions de tennis ou de cyclisme.

Voir tableau plus complet dans la version papier de La Lettre de l’économie du sport n°815

TF1 Fr.2 Fr.3 Fr.4 Fr.5 M6
Info. serv. 11,80% 22% 16,30% 0,20% 5,70%
Doc. mag 14,80% 19,30% 27% 22,20% 74,80% 5,40%
Ciné. 3,70% 3,70% 5,50% 3% 0,10% 3,20%
Fiction TV 34% 22,60% 27,40% 44,80% 16,30% 36,30%
Divert. mus. 17,90% 17,80% 10,20% 18,60% 0,10% 31,60%
Sport 2,20% 5% 2,90% 2,50% 1,50%
Autres 15,60% 9,60% 10,70% 8,70% 8,80% 16,30%