Pour l’instant, nous n’avons pas l’intention de boycotter les Jeux mais s’ils sont censurés ou expurgés d’une manière ou d’une autre par les autorités chinoises et que le CIO, ce que je ne crois pas un seul instant, accepte, cela remettrait bien entendu notre position en cause, a indiqué Daniel Bilalian, Directeur des Sports de France Télévisions, sur RTL. A ce moment là, le président de France Télévisions, sans aucun doute je pense, déciderait de ne pas couvrir les JO.

Le patron des sports de France Télévisions réagissait à l’incident survenu lors de la cérémonie d’allumage de la flamme olympique pour les Jeux de Pékin, le lundi 24 mars. La télévision chinoise avait suspendu brièvement la retransmission et diffusé des images d’archives au moment où les caméras filmaient des militants de Reporters sans Frontières protestant contre le non respect par la Chine des droits de l’homme. Ce qui laisse penser que la télévision chinoise diffuse avec quelques secondes de décalage.

Censure ou pas ? La question du léger différé lors de la diffusion des Jeux ne se pose pas seulement pour la Chine. La production d’images est co-gérée par le Comité international olympique et par le pays hôte, en l’occurrence la Chine. Le CIO et Pékin ont d’ailleurs constitué une structure de diffusion commune : Beijing Olympic Broadcast (BOB). Reste à savoir si les images fournies aux télévisions du monde entier auront un petit retard sur les événements. Curieusement, à quelques mois de l’événement, le CIO ne répond pas à la question. Le CIO et le comité olympique chinois sont en discussion sur les modalités de diffusion indique l’instance de Lausanne.