L’écurie Red Bull Racing signe un accord à l’ampleur inédite avec une société spécialisée dans la cryptomonnaie, Bybit.

Dans l’univers du marketing sportif et des cryptomonnaies il y avait surtout Crypto.com. Notamment en F1. Crypto.com est à la fois partenaire direct du Championnat du monde de F1, ainsi que d’Aston Martin, et sponsor titre du prochain Grand Prix de Miami, dont la première édition aura lieu le 8 mai.

Il y aura maintenant Bybit. La plateforme de cryptomonnaie, basée à Singapour, devient, et pour trois ans, partenaire de l’écurie de Formule 1 Red Bull (officiellement Oracle Red Bull Racing). Montant estimé de l’accord : 150 M$ !

Fondée en 2018, Bybit est une bourse de produits dérivés traitant essentiellement des contrats donnant la possibilité d’acheter ou de vendre de la cryptomonnaie. En novembre dernier, la plateforme est devenue le sponsor principal de l’équipe nationale argentine de football.

« Ils partagent la passion de l’équipe qui est d’exister à la pointe de l’innovation technologique, d’imposer le rythme de la compétition et de bouleverser le statu quo, explique Christian Horner, directeur de Red Bull Racing. En outre, Bybit s’engage à enrichir l’expérience des fans de F1 grâce à l’innovation numérique. Il s’agit également d’une mission essentielle pour l’équipe, et l’aide de Bybit nous permettra d’établir un lien plus profond, plus immersif et unique avec l’équipe pour les fans du monde entier. »

La livrée 2022 présentée la semaine dernière par Red Bull est ainsi déjà très remaniée puisque ce nouveau sponsor majeur fait une apparition très remarquée sur l’aileron avant, sur les flancs du cockpit et sur l’aileron arrière des monoplaces.

Pour l’écurie, les annonces s’enchaînent puisque lors de la présentation de la nouvelle monoplace, Red Bull Racing a annoncé un important accord avec Oracle, géant de la technologie devenu son sponsor titre. Des contrats très importants alors que l’écurie autrichienne cherche ainsi à combler le départ de Honda, qui soutenait économiquement la structure dont elle était le motoriste ces dernières années, mais aussi à financer la création de son département moteur.