La Fédération internationale de l’Automobile (FIA) et le manufacturier Pirelli sont parvenus à un accord pour que l’entreprise italienne fournisse des pneus à la F1 un an de plus que prévu.

Pirelli va rester le seul et unique fournisseur de pneus de la F1 jusqu’en 2024. Cette prolongation d’un an suit le report de 2021 à 2022 (par mesure d’économie) de l’entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation technique, qui comprend l’adoption de pneus de 18 pouces au lieu de 13. Il avait initialement été convenu en 2018 que les pneus de 13 pouces seraient utilisés jusqu’en 2020, avant de passer à 18 pouces de 2021 à 2023. Avec le report d’un an, les gommes plus larges seront donc utilisées de 2022 à 2024.

«La pandémie a provoqué des perturbations dans le monde entier et la Formule 1 n’y a pas échappé, souligne Stefano Domenicali, président et directeur général de la F1. Nous avons donc pris en 2020 les mesures nécessaires pour reporter d’un an la réglementation à 2022. Nous sommes très fiers de notre partenariat avec Pirelli et nous leur sommes reconnaissants de leur approche constructive de ce changement de date. Pirelli est très conscient du rôle stratégique que les pneumatiques jouent en F1 et nous savons qu’ils travaillent très dur pour s’assurer que leurs produits représenteront le meilleur équilibre entre performance et durabilité dans le nouveau contexte technique.»

Même si Pirelli a le monopole, les pilotes ont exprimé leur mécontentement sur la qualité des pneus fournis. Après avoir testé les gommes prévues pour cette saison, Lewis Hamilton les a fortement critiqués cet hiver. « Malheureusement, cela fait maintenant deux ans que nous avons les mêmes pneus, a lancé le septuple champion du monde. Fin 2019, Pirelli nous a proposé un nouveau pneu, comme tous les ans. Sauf qu’il était pire que celui que nous utilisions déjà, on a donc décidé de ne rien changer en 2020. Ils ont donc eu deux ans pour développer un nouveau produit, et ici, ils nous proposent un pneu qui pèse trois kilos de plus et va une seconde moins vite. Honnêtement, je préfère garder les pneus actuels s’ils n’ont pas une meilleure solution à nous proposer. » Sebastian Vettel, quadruple champion du monde, n’a pas non plus apprécié ses quelques tours avec ces nouvelles gommes : « J’espère qu’on ne les reverra plus. Ce n’est pas une amélioration, c’est même plutôt l’opposé. Ils sont pires que ceux que nous avons utilisés cette saison. »

Mario Isola, le directeur sportif du manufacturier italien, a défendu son produit : « Nous ne voulons pas revenir en arrière car nous avons fait notre boulot, nous avons créé un pneu plus résistant, ce qui était notre objectif principal (…) À chaque fois qu’un nouveau pneu est proposé, il est critiqué, car l’équilibre des voitures dans lesquelles les pilotes roulent est modifié. Mais je suis persuadé que les écuries sauront modifier les réglages des monoplaces 2021 pour optimiser l’utilisation de ces nouvelles gommes. »