Après Haas, l’écurie Red Bull présente à son tour sa nouvelle monoplace pour la saison de Formule 1 à venir. L’écurie du champion du monde sortant Max Verstappen est la première à dévoiler sa monoplace selon le nouveau règlement. Au passage, l’écurie autrichienne change officiellement de nom.

Moins de deux mois après le premier sacre mondial du Néerlandais Max Verstappen, Red Bull a présenté mercredi sa nouvelle monoplace pour 2022, baptisée RB18, qui reprend les mêmes codes couleurs que la précédente.

Alors que la F1 introduit un nouveau règlement, censé permettre aux voitures de se suivre et de se doubler plus facilement, promettant ainsi plus de spectacle, la version dévoilée mercredi ressemble fortement au modèle de démonstration présenté par la FIA en 2021.

©Getty Images / Red Bull Content Pool

L’écurie en a profité pour dévoiler son nouveau sponsor titre, Oracle, groupe informatique spécialisé dans les logiciels et le cloud, qui remplace Honda.

Honda a officiellement quitté la F1, mais Red Bull, comme son écurie sœur AlphaTauri, continueront d’utiliser la technologie des moteurs japonais en 2022.


Quand Christian Horner s’offre une visite de l’usine rivale Mercedes

Christian Horner, le patron de l’équipe Red Bull Racing, a remporté une vente aux enchères à but caritatif en s’offrant la visite… de l’usine Mercedes. Une drôle d’histoire pour laquelle le Britannique a tout de même dû sortir près de 5 000 euros de sa poche.

Invité de marque des Autosport Awards, cérémonie organisée par le magazine de référence Autosport outre-Manche, il a décidé de participer en parallèle à l’une des enchères à but caritatif et une a particulièrement attiré son attention : une visite de l’usine Mercedes-AMG Petronas F1 Team. Horner n’a ainsi pas hésité à mettre 4 000 livres sterling sur la table, soit environ 5 000 € pour remporter le lot, puis de s’en amuser en expliquant ensuite vouloir emmener une vingtaine de personnes avec lui dont « Adrian [Newey, chef du bureau technique], moi-même, Pierre Waché [directeur technique] et probablement Paul Field, notre directeur de production. Ce sera intéressant d’y aller pour voir comment ils ont dépensé leur budget limité ».

Reste à savoir en tout cas à quel point l’usine sera ouverte à leurs indiscrétions…