Sacré champion du monde de Formule 1 pour la quatrième fois de sa carrière, Lewis Hamilton s’impose également en dehors des circuits. Plus demandé que ses concurrents par les marques, le Britannique est le pilote le mieux rémunéré du plateau.

 

Avec une fortune personnelle estimée à 170 millions d’euros, Lewis Hamilton est le 838e contribuable britannique le plus aisé, selon le Sunday Times. Dixième sportif le mieux payé au monde selon le magazine Forbes, ses revenus engrangés cette année sont estimés à près de 39 millions d’euros, dont 32 millions de salaires et primes et 6,7 millions de contrats publicitaires. Ses rivaux Sebastian Vettel et Fernando Alonso sont loin d’avoir le même succès. Sur les 32,5 millions d’euros empochés par l’Allemand, seulement 420.000 sont issus de contrats publicitaires. L’Espagnol affiche lui 30 millions d’euros de revenus, dont 1,7 million proviennent de sponsors. Outre les contrats liés à son écurie (AMG, Petronas, IWC, Epson, Hugo Boss…), le pilote Mercedes prête notamment son image à l’équipementier sonore Bose, à une boisson énergisante de Monster Energy et à la marque de cosmétiques L’Oréal. Il a également co-designé deux modèles pour la marque de motos MV Agusta. Pour gérer ses affaires, il dispose de sa propre société, Project Forty Four (Projet 44, son numéro en course).

Le Britannique s’est construit une notoriété qui n’avait plus été atteinte depuis Michael Schumacher, d’après une étude réalisée par le groupe de médias spécialisé Motorsport Network et le cabinet Nielsen Sports, dont les résultats ont été dévoilés en mai dernier. Proche de nombreuses célébrités, habitué des défilés de mode et des soirées dans lesquelles il faut être vu, il est friand d’incursions dans le monde du cinéma (Cars, Zoolander 2) et du jeu vidéo (Call of Duty). Son usage assidu des réseaux sociaux paye également, avec 4,9 millions d’abonnés sur Twitter, 4 millions sur Facebook et 5 sur Instagram. Une machine de guerre en somme. Pour les passionnés de sport auto, Hamilton incarne la performance et, pour les non-initiés, il fait partie des quelques sportifs que l’on cite dans le monde entier. Mais si le Britannique a un tour d’avance sur ses adversaires, ses 6,7 millions d’euros de contrats publicitaires sont bien peu à côté des 27 millions de Cristiano Ronaldo, en tête du classement Forbes.

 

Cité dans les Panama Papers

Le nom de Lewis Hamilton apparaît dans les nouvelles révélations tirées des Panama Papers, cet ensemble d’investigations menées par un groupement de médias internationaux sur le système des sociétés offshore. L’enquête révèle que le pilote utilise son jet privé de 22 M€ sans s’être acquitté de la TVA, par le truchement de sociétés basées dans des juridictions fiscalement favorables. Un tour de passe-passe qui lui a évité le paiement de 3,7 M€.