Le feuilleton sans fin de Lotus en Formule 1 connaît un nouveau chapitre tout aussi rocambolesque que les précédents épisodes. Après la bataille judiciaire pour savoir qui pouvait utiliser la marque Lotus, l’histoire bégaie avec le renvoi de Group Lotus comme sponsor de Lotus F1.

Acte I. A l’aube de la saison 2011, une entente est conclue entre Lotus F1 et Group Lotus qui devient le principal sponsor de l’écurie de Formule 1 de l’ex-Renault F1 Team.

Acte II. Fin du mariage. Gérard Lopez, le propriétaire de l’écurie d’Enstone, remercie son sponsor. Une décision qui aurait été prise en fin d’année. Group Lotus n’aurait pas réglé les 25 à 27 millions de dollars (19 millions d’euros) par saison jusqu’en 2017, prévus dans le contrat initial. Mais le mauvais payeur n’est pas totalement éjecté puisque l’écurie conservera le nom de Lotus jusqu’en 2017 ! Nous sommes heureux de conserver ce nom car c’est une belle marque pour la F1, se réjouit sans rire Gérard Lopez dans L’Equipe. En outre, le constructeur britannique ne rachètera pas l’équipe, puisqu’il a été décidé de ne pas lever l’option permettant l’acquisition de 50% des parts détenues par Genii Capital. Mais l’écurie comme le constructeur pourront utiliser leur image respective pour communiquer en dehors des Grands Prix. Comprenne qui peut.

Cet étrange ballet trouve son origine dans la situation financière dégradée de Proton. Le constructeur Malais, qui détient Lotus, vient d’être repris par DRB-Hicom.