L’écurie Red Bull sera renommée « Aston Martin Red Bull Racing » à compter de la saison prochaine, conséquence d’un partenariat renforcé avec le fabricant anglais de voitures de luxe. Mais les monoplaces resteront propulsées par un moteur Renault.

Créée en 1913, la marque préférée de James Bond a quitté la Formule 1 en 1960. Elle a fait son retour en tant que sponsor de Red Bull l’an passé, son logo apparaissant sur le flancs des monoplaces. « Nous avons accru nos relations cette année et nous sommes fiers de renforcer ce partenariat et de voir l’équipe courir sous le nom d’Aston Martin Red Bull Racing en 2018 », commente Christian Horner, le patron de l’écurie. Red Bull a dévoilé en mars 2016 un projet visant à créer une voiture de sport de « nouvelle génération » en collaboration avec Aston Martin, la Valkyrie. Produite à 150 exemplaires, elle sera disponible au prix de 3 millions de dollars, et pourra aller de 0 à 100 km/h en 2,5 secondes. Ce projet est mené par une filiale de Red Bull et supervisé par le directeur technique de l’écurie, l’ingénieur Adrian Newey. Dans ce cadre, Red Bull crée un centre situé près de son siège de Milton Keynes (Grande-Bretagne) où 110 ingénieurs et designeurs d’Aston Martin travailleront désormais.

Partenaires et associés

Aston Martin, racheté en 2007 par Prodrive, est impliqué dans divers sports mécaniques. Un engagement dans la catégorie a été évoqué en 2010, puis annulé. Des rumeurs font parallèlement état d’un désengagement éventuel de la F1 de Red Bull, le groupe autrichien, qui vend plus de six milliards de cannettes de sa boisson énergétique par an, estimant avoir acquis suffisamment de visibilité. A plus long terme, en 2021, avec l’introduction d’un règlement technique différent, Red Bull pourrait choisir un nouveau venu pour son moteur, et le nom d’Aston Martin, comme celui de Porsche, est cité. «Nous n’allons pas entamer une guerre sur les moteurs sans avoir de restrictions sur les coûts ou les heures en banc d’essais, mais nous croyons que la FIA peut créer le bon environnement pour nous attirer», souligne Andy Palmer, le président d’Aston Martin. L’écurie soeur de Red Bull, Toro Rosso sera motorisé par Honda en 2018. Si le bloc propulseur japonais donne satisfaction, Red Bull pourrait à son tour l’adopter. L’équipe n’est pas satisfaite de son association avec Renault, qui souhaite privilégier sa propre écurie.