Michel Denisot a-t-il joué de ses relations privilégiées avec le président de la Ligue Gérard Bourgoin pour obtenir la diffusion d’une rencontre du championnat le samedi après-midi ? Chez TPS on crie au scandale.

On croyait la hache de guerre enterrée entre les deux parties. Pourtant Canal+ et TPS, par avocats interposés, se disputent toujours les retransmissions des rencontres de D1.
La décision de Canal+ de diffuser une rencontre du championnat le samedi à 17h15 a été le détonateur de ce nouveau conflit. TPS, qui retransmet les autres matches à partir de 20h, menace d’une action en justice la chaîne cryptée et demande 15 MF de dommages et intérêts pour chaque rencontre diffusée le samedi. Canal se dit dans son bon droit en brandissant le contrat signé avec la Ligue Nationale de Football (LNF). Celui-ci l’autorise à retransmettre une rencontre «décalée» des autres oppositions, quelque soit le jour de diffusion.
Après une entrevue entre la Ligue et les deux «belligérants», un code de bonne conduite a été adopté. Il garanti à TPS le premier choix sur les rencontres après que Canal+ ait choisi son match pour le prime time à 20h30 (le vendredi ou le dimanche). Mais les oppositions entre le PSG et l’Olympique de Marseille (record d’audience de la chaîne cryptée) reste en exclusivité sur Canal+.

Canal verse chaque année 1,8 MdF pour la diffusion de deux rencontres en direct et les meilleurs moments (Jour de Foot) des autres oppositions peu après la fin des matches, alors que TPS verse de son côté 330 MF pour la diffusion d’une rencontre en exclusivité.