Le principe de la fantasy league ? Importé des États-Unis, c’est un jeu virtuel pour s’affronter via les performances réelles des joueurs. Le FC Nantes innove en lançant sa propre fantasy league : « Coach Canari ». Son principe : se glisser dans la peau de Claudio Ranieri pour aligner 11 Nantais et 3 remplaçants lors de chaque match de championnat. Après avoir lancé son propre jeu de pronostics en août, le FCNA est le premier club à lancer sa propre simulation de coaching en France. Il renforce ainsi son dispositif de gaming sur le digital et propose une interaction avec ses supporters.

Le sujet intéresse les instances du football professionnel. Alors qu’il y a un an, la LFP avait porté plainte contre Mon Petit Gazon, l’organisateur de la Ligue 1 a signé cet été un partenariat avec le plus célèbre site de fantasy football de France. Un virage à 180 degrés pour maintenir le lien avec la communauté de 400.000 joueurs de MPG. « L’accord porte sur deux volets, détaille Didier Quillot, le DG de la LFP. Le premier est commercial: la Ligue 1 Conforama va permettre de gagner des maillots, des ballons et des places pour des matchs de ligue 1 et la finale de la Coupe de la Ligue. L’autre porte sur un volet plus stratégique: la LFP veut faire de Mon Petit Gazon un de ses partenariats stratégiques en matière de digital ». Les trois objectifs fixés par la LFP sont de mieux connaître les fans de L1, fidéliser le public avec un système de récompenses, sans oublier la construction d’un CRM.