L’intérêt pour la Ligue 1 et son image dans le public sont au plus haut, selon un sondage commandé par la Ligue de football professionnel (LFP) et le syndicat Première Ligue à IPSOS, avec notamment un regain d’intérêt de la part des femmes et des jeunes pour le championnat de France.

Tous les indicateurs sont à la hausse. Qu’il s’agisse de l’«intérêt» des Français pour le football en général (38%, + 4 points en un an) ou pour la Ligue 1 en particulier (32%, +5 points), jamais de tels niveaux n’avaient été atteints ces dix dernières années. Il s’agit du meilleur résultat enregistré depuis l’après Coupe du monde en Afrique du Sud, en 2010, marquée par la grève des joueurs de l’équipe de France. Il permet au football d’apparaître au premier rang, avec le rugby, sur l’ensemble des sports considérés. Autre raison de se réjouir pour la Ligue : l’«intérêt» pour sa compétition majeure progresse chez les femmes (19%, +4 points, près d’une femme sur cinq), les familles (36%, +7) et les moins de 35 ans (35%, +7), autant de cibles visées pour développer la fréquentation dans les stades, en progression de 7% par rapport à la saison dernière, et les audiences (+39% pour le match du dimanche soir à 21h00 sur Canal+). Le noyau dur des «fans» s’est aussi élargi. Le nombre de personnes à la fois «très intéressées», suivant «systématiquement ou presque» les compétitions, et supportant un ou plusieurs clubs de L1 ou de L2, atteint 13% de la population de plus de 16 ans, soit une progression notable de trois points sur la moyenne des quatre dernières années. Auprès de ces «fans» de football (10,5% des Français, 2,5% des Françaises), l’image de la L1 est «bonne» ou «très bonne» (92%, + 4 points), autre valeur record.

L’a priori négatif n’est pas encore gommé

En deux ans, l’image du football a fortement progressé (+10 points) mais l’a priori négatif demeure : seuls 36% des sondés ont une bonne image du football. Le rugby (qui perd 5 points sur deux ans) est loin devant avec un score de 77%.

Méthodologie
L’étude a été réalisée sur Internet (questionnaire auto administré) sur un échantillon de 2193 Français représentatif de la population nationale âgée de 16 à 75 ans, du 21 au 24 novembre 2017. Une deuxième étude a été menée sur un échantillon de 5001 Français «intéressés par le football» et âgés de 16 à 75 ans, du 7 décembre 2017 au 3 janvier 2018.