Lorsque vous devez affronter la pire situation financière de l’histoire du FC Barcelone (481 M€ de pertes, après paiement des impôts, pour le dernier exercice), il faut être prêt à affronter différents adversaires, même les plus improbables. Selon la presse ibérique, le Barça pourrait intenter une action légale contre Nike, son équipementier de « presque » toujours (depuis 1998, ndlr). L’enjeu ? 50 M€.

En proie à de grandes difficultés financières, Joan Laporta, le président du FC Barcelone, avocat de son état, tente tant bien que mal d’éponger la colossale dette de son club (1,35 milliard d’euros). Il pourrait déclencher une guérilla juridique avec l’équipementier Nike pour non-respect de diverses clauses du contrat. L’offensive porterait sur trois fronts.

Le premier concerne le non-paiement de royalties de la part de l’équipementier sur la vente des maillots replicas. Un autre front concerne les sanctions que Nike a imposé au club pour « non-conformité » et que le Barça réfute. Enfin, le club catalan reprocherait à l’équipementier américain un « abus de position dominante ».

La Commission européenne sanctionne Nike

Cette dernière accusation semble faire écho à une condamnation, en 2019, de Nike par l’Union Européenne pour avoir restreint les ventes transfrontalières des produits dérivés de cinq clubs de football européen dont… le FC Barcelone.

Le conflit en préparation tombe à une période délicate entre les deux partenaires. Leurs relations contractuelles sont floues. Le Barça et Nike se sont entendus en 2016 sur un précontrat pour prolonger leur association en 2018 (soit à l’expiration du dernier accord) jusqu’en 2028. Mais quand il a fallu concrétiser la nouvelle entente deux ans plus tard, les positions se seraient éloignées. Si bien que le précontrat, présenté alors comme un « contrat record », continuerait de s’appliquer.