Le mercredi soir, TF1 a perdu de sa superbe. Depuis plusieurs semaines la rencontre de Ligue des Champions programmée sur la Une est battue par la fiction de France Télévision. Pour TF1, c’est la soupe à la grimace.

Bis repetitta. Comme il y a quinze jours (la rencontre entre le FC Barcelone et l’ Olympique Lyonnais avait été battue par France 2 et sa série L’Instit), TF1 s’est inclinée la semaine dernière. La rencontre entre le Losc et l’Olympiakos a été mise en échec cette fois-ci par le téléfilm Dette d’amour sur France 2 (6,1 millions de téléspectateurs d’un côté, 6,8 millions de l’autre). Et comme la semaine précédente, Ça se discute a devancé le deuxième match de la soirée (Lyon-Fenerbahçe).

Il faut bien se rendre à l’évidence : les audiences sont médiocres. Même si Canal + (qui partage les Droits TV avec TF1 de la Ligue des Champions) ne coure pas après l’audience, les résultats sont décevants. Déjà en 2000, sur les dix meilleures audiences de la chaîne cryptée, une seule rencontre de coupe d’Europe figurait dans le classement.

La nouvelle nouvelle formule de la Ligue des Champions a banalisé l’événement. Avec deux rencontres hebdomadaires, plus deux tours de poules de qualification (dont on se demande bien à quoi sert le premier tour ou le deuxième c’est selon) avant d’aborder les choses sérieuses et les rencontres à élimination directes, l’UEFA a peut-être tué la poule aux oeufs d’or. Elle réfléchit d’ailleurs à une nouvelle nouvelle, nouvelle réforme de l’épreuve pour 2003 (date de la fin du contrat de quatre ans signé avec les télés).

En attendant, TF1 (et nous aussi avec) doit prendre son mal en patience et redouter la confrontation de ce soir entre le PSV Eindhoven et le FC Nantes d’un côté et le téléfilm de France Télévision, Tel épris.
A l’étranger aussi

Le phénomène n’est pas propre à la France. L’audience chute en Italie, en Angleterre et en Espagne. Le taux d’écoute a augmenté uniquement en Allemagne lors de la dernière édition qui a vu le Bayern Munich s’imposer.