Poser la question, c’est déjà y répondre. La télévision étant le principal bailleur de fonds du football, il est difficile de lui dire non. Selon le journal Bild, la Ligue allemande de football (DFL) est prête à faire des concessions sur la programmation des rencontres. Alors que la Bundesliga se joue le samedi (7 matches) et le dimanche (2 matches), le journal allemand croit savoir qu’un prochain accord portant sur les droits de retransmission impliquerait la programmation des matches sur trois jours : 1 le vendredi soir, 7 le samedi après-midi et 1 le dimanche. C’est de la pure spéculation a estimé le patron de la chaîne Premiere, Georg Kofler, qui retransmet actuellement les neuf matches en direct,

Toujours selon Bild, trois opérateurs sont intéressés par les Droits TV de la Bundesliga : Premiere, la chaîne hertzienne Por Sieben Sat 1, qui créerait pour l’occasion une chaîne payante, et la chaîne sportive DSF, qui retransmet en différé un match du dimanche.

Rappelons qu’ Infront Sports & Media (voir La Lettre du Sport n°303), qui gère les droits de retransmission télévisée du championnat d’Allemagne, n’a pas exercé son option pour les deux prochaines saisons. C’est la DFL elle-même qui gère l’appel d’offres lancé dans la précipitation alors qu’elle attendait 295 millions euros pour la saison 2004-2005 et 300 millions d’euros pour la saison suivante. Des sommes supérieures aux propositions (272,5 et 277,5 millions d’euros) d’Infront, dont l’un des propriétaires est l’homme d’affaires Robert Louis-Dreyfus, principal actionnaire de l’ Olympique de Marseille. Contre 280 millions d’euros cette saison, l’agence revendait notamment la Bundesliga à la chaîne de télévision à péage Premiere pour 150 millions d’euros, aux chaînes publiques ARD et ZDF (10 millions d’euros), ainsi qu’à la DSF (12 millions d’euros).
A quand une réforme du calendrier français ?

L’Allemagne et l’Angleterre jouent le samedi après-midi. L’Italie préfère donner rendez-vous le dimanche à 15h00. Pour des raisons climatiques, l’Espagne joue le soir. Des cinq grands championnats européens, la France est le seul pays à s’accrocher aux soirées du samedi et du dimanche. La Ligue de football professionnel (LFP) a lancé une réforme en changeant sa domination (exit la Ligue nationale de football) et celle du championnat (au revoir Division 1) pour se rapprocher de ses voisins européens. Ne serait-elle pas inspirée de faire de même en programmant également ses rencontres en journée ? Le football est un sport de plein air. Le côté spectaculaire du football anglais, il le doit aussi à cette ambiance si particulière des matches du samedi après-midi avec des tribunes remplies par des spectateurs qui viennent en famille profiter d’un spectacle en plein jour. C’est tout de même plus agréable que de devoir attendre 20h45 le dimanche soir, quand ce n’est pas 21 heures, pour assister dans le froid à une rencontre de Ligue 1 pendant les mois d’hiver.