Les clubs professionnels allemands voient leur avenir s’assombrir. Infront Sports & Media, qui gère les droits de retransmission télévisée du championnat d’Allemagne, n’a pas exercé son option pour les deux prochaines saisons. Le présent contrat se termine donc à la fin de l’actuelle saison. Cette décision sonne comme un coup de tonnerre pour les pensionnaires de la Bundesliga. La Ligue allemande (DFL) doit lancer sans délai un appel d’offres pour les prochaines saisons. Une situation qui place la DFL en position d’infériorité par rapport aux éventuels acquéreurs. Pressée par le temps, la DFL pourrait être contrainte d’accepter des offres au rabais alors qu’elle attendait 295 millions euros pour la saison 2004-2005 et 300 millions d’euros pour la saison suivante. Des sommes supérieures aux propositions (272,5 et 277,5 millions d’euros) d’Infront, dont l’un des propriétaires est l’homme d’affaires Robert Louis-Dreyfus, principal actionnaire de l’Olympique de Marseille. La DFL pourrait être également débordée par les revendications des clubs les plus puissants qui demandent à vendre eux-mêmes leurs droits.

Dans un communiqué, Infront Sports s’est expliqué sur cette rupture des négociations : Après une décision de l’Union européenne limitant les droits globaux de retransmission, et qui contraint la Bundesliga à rendre certains de ces droits aux clubs, il a été impossible de trouver un accord sur une offre précise. Contre 280 millions d’euros cette saison, l’agence revendait notamment la Bundesliga à la chaîne de télévision à péage Première pour 150 millions d’euros, aux chaînes publiques ARD et ZDF (10 millions d’euros), ainsi qu’à la chaîne sportive DSF (12 millions d’euros).