Le Portugais Luis Pinto Enes, directeur général d’Euro Broadcasting Services 2004 (EBS), prévoit dix milliards de téléspectateurs pour le Championnat d’Europe des nations 2004 (12 juin-4 juillet), soit trois milliards de plus qu’à l’Euro 2000. Pour fidéliser encore plus les supporteurs européens, les horaires ont été revus. Les premiers matches seront joués à 18 heures et 20h45 heures françaises. Qui plus est, tous les quarts de finale seront diffusés en prime time. Les 31 matches seront suivis au minimum par 19 caméras voire jusqu’à 27 pour la finale (contre 22 en 2000). Ces retransmissions bénéficieront aussi de +super-ralentis+ sur les actions principales jamais vus à ce jour assure Luis Pinto Enes. En audience cumulée, l’Euro 2000 a attiré sept milliards de téléspectateurs. Aujourd’hui, avec l’intérêt grandissant du marché asiatique pour le football, intérêt constaté lors de la récente tournée asiatique du Real de Madrid, engendrant un incroyable engouement pour les joueurs tels que Zinedine Zidane et David Beckham, tout laisse à penser que nous pourrons atteindre ce chiffre de dix milliards de téléspectateurs.
EBS digest

Ce sont les deux chaînes publiques portugaises RDP et RTP qui assurent la gestion d’EBS pour organiser les retransmissions télévisées. Doté d’un budget de 25 millions d’euros, EBS emploiera 1.700 personnes, contre 25 actuellement, pour la durée du championnat. L’Union européenne des radiodiffuseurs (UER) détient les droits TV. Leur montant atteint 513,5 millions d’euros pour l’Europe, dont 65,8 millions d’euros pour la France. TF1 et France Télévisions se partageront les matches et les coûts selon une répartition de deux tiers pour le service public avec France 2 et France 3 (43,8 millions d’euros) et un tiers pour la Une (22 millions d’euros).

Les contrats de retransmission hors Europe sont de la compétence de l’Union européenne de football (UEFA).