En voulant vendre les Droits Radiophoniques de ses compétitions, la Ligue Nationale de Football (LNF) ne fait que suivre un mouvement initié depuis longtemps dans les autres pays européens.

En Grande-Bretagne, la BBC (en plus du cricket, du tennis et du rugby) a prolongé en 2001 son contrat avec la Premier League pour retransmettre 180 matches. La radio publique a rempilé pour trois ans et 22,1 millions d’euros ! En plus de la BBC, les radios locales peuvent négocier avec les clubs la retransmission des matchs qui se jouent sur leur zone de diffusion.

En Italie, la Lega Calcio a cédé à la RAI (la radiotélévision italienne) les droits de retransmission du championnat de Serie A et de la Coupe d’Italie, pour la seule saison 2001-2002, contre 86,8 millions d’euros. Les droits radios comptent pour 5,2 millions d’euros dans le contrat. Comme au Royaume-Uni, chaque club, de son côté, peut céder en exclusivité à une chaîne de radio locale le droit à transmettre les matches de son équipe.

En Espagne, les droits radio n’existent pas. En Allemagne, les droits nationaux sont inclus dans les droits TV et 40 stations locales ont signé avec la Bundesliga des contrats qui oscillent entre 3.000 et 25.000 euros selon la zone de couverture.

Que peut espérer la LNF ?

Le championnat de France n’est pas la Premier League ou la Serie A. Les meilleurs joueurs français jouent à l’étranger. Une fuite des cerveaux qui nuit à la qualité du spectacle proposée. Qui plus est, les rencontres de la Division 1 ont lieu le soir. On imagine mal les radios débourser des millions d’euros pour un produit qui ne correspond pas à leur prime-time. Les recettes des droits radios devraient osciller entre 1 et 2 millions d’euros.