La Ligue de football professionnel (LFP) dévoile son programme RSE (Responsabilité sociale et environnementale). A partir de ce week-end, chaque but marqué en Ligue 1 et Ligue 2 rapportera 100 euros à une fondation.

 

Le programme s’intitule « Révélons nos talents ». Il soutient l’entreprise d’économie sociale et solidaire à travers Simplon. Cette Fondation reconnue d’utilité publique, propose des formations gratuites aux métiers du numérique (codage, data, intelligence artificielle, etc…) auprès des personnes éloignées de l’emploi (décrocheurs, réfugiés, personnes en situation de handicap, sortant de prison) dans une quarantaine d’écoles, ou des « fabriques » comme elle les intitule elle-même, présentes sur tout le territoire français. Chaque année, 1500 élèves sont formés, dont 30% de femmes, et 79% d’entre eux trouvent un emploi en six mois. Cette Fondation a été sélectionnée par Epic, une startup à but non lucratif, qui a épluché des dizaines de dossier avant de la choisir. Le fonctionnement du programme est simple : chaque but inscrit par n’importe quel club de Ligue 1 ou Ligue 2 chaque week-end rapportera cent euros à Simplon. L’argent collecté à chaque but transitera par Epic, qui reverse 100% du montant des dons reçus. « Chaque entreprise, chaque secteur, chaque industrie doit pouvoir s’engager pour que le don devienne la norme », estime Alexandre Mars, président-fondateur d’Epic. « Le sport est un formidable levier d’inclusion et d’insertion professionnelles, les métiers du numérique aussi, notamment pour les jeunes des quartiers populaires, des zones périphériques et rurales qui au travers de Simplon ont accès à des formations gratuites aux compétences numériques sans pré-requis de diplômes et sans discrimination. C’est pourquoi ce partenariat est une chance incroyable pour Simplon et ses apprenants, et au-delà des dons financiers, nous allons travailler main dans la main avec les clubs dont une partie des publics correspond à ceux que nous avons dans nos 30 écoles métropolitaines », ajoute Frédéric Bardeau, Président et Co-fondateur de Simplon.

Nice, Toulouse et Lens, les pionniers

L’initiative est soutenue par le syndicat des joueurs (UNFP), ainsi que par trois clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 (pourquoi pas tous ?, ndlr) qui se sont d’ores et déjà engagés à accueillir des apprentis en vue d’une probable future embauche pour accompagner le projet : l’OGC Nice, le TFC et le RC Lens.

Une façon d’augmenter l’apport du football professionnel à la société pour la présidente de la LFP, Nathalie Boy de la Tour : « 97% des clubs professionnels sont engagés dans des actions sociétales, ils en ont mené plus de 3000, qui ont touché plus d’un million de personnes. Mais on doit faire beaucoup plus.  »

La présidente de la LFP tient à préciser que le football professionnel français reversait déjà 4% de son chiffre d’affaire (hors transfert) à des œuvres sociales. Soit un total de 73 millions d’euros en 2016, dont 41 millions d’euros sont liés à la taxe Buffet appliquée aux droits TV commercialisés par la Ligue.

 

200.000
Le programme devrait permettre de verser une somme avoisinant les 200.000 euros par saison qui devrait être collectée pour financer les activités de Simplon