Même si Beckham a qualifié l’Angleterre pour la prochaine Coupe du monde, les Anglais ne sont pas encore assurés de pouvoir suivre les exploits de la sélection en Corée et au Japon.

Maintenant que l’on connaît la plupart des qualifiés pour la prochaine Coupe du monde (21 pays sur 32 ont déjà leur billet), la question des Droits TV revient au centre des débats pour la plupart des grandes nations du football.

Le directeur général de la Fédération anglaise de football (FA) Adam Crozier a qualifié le prix des droits de retransmission TV de la Coupe du monde 2002 d’obscène, et s’apprête à demander à la Fifa d’intervenir. Cela n’a rien à voir avec la réalité du marché. Les horaires matinaux des matches vont se répercuter sur les taux d’audience des pays européens.

Le Groupe Kirch, qui détient les droits TV des deux prochaines Coupes du monde, souhaite rentabiliser au maximum son investissement (1,7 milliards d’euros). Selon le quotidien britannique, le Telegraph, les deux chaînes (ITV et la BBC) ont offert 88 millions d’euros pour retransmettre l’événement alors que Kirch réclame 272,5 millions d’euros !

Si la FIFA veut que la Coupe du monde reste le plus grand spectacle du monde, elle doit comprendre que ce spectacle doit être diffusé sur des chaînes gratuites, estime Crozier. Le directeur général de la FA a demandé au gouvernement britannique d’intervenir.

Tous les amateurs de football auront la possibilité de regarder la Coupe du monde, affirme Alexander Kirch, directeur général de Kirch Média. Pourtant l’Angleterre n’est pas le seul pays concerné par ce problème. La France (183 millions d’euros réclamés), l’Italie et l’Espagne (pour ne citer qu’eux) n’ont pas encore acquis les droits de l’épreuve jugeant les prix trop élevés. A quelques mois de la rencontre inaugurale (France-X), la course contre la montre est lancée.