L’Euro 2008 de football, du 7 au 29 juin en Autriche et en Suisse, a généré un bénéfice net record de 250 millions d’euros pour 1,3 milliard de chiffre d’affaires, a annoncé l’Union européenne de football (UEFA) mardi à Zürich.

Au cours d’une conférence de presse mardi à Zürich, le président de l’Euro-2008 SA, le Suisse Martin Kallen, tirant le bilan du tournoi, un mois jour pour pour après le sacre de l’Espagne comme championne d’Europe, a souligné: Nous voulions mettre en oeuvre le meilleur Euro de l’histoire: l’objectif a été atteint.

Ce bénéfice net sera intégralement réinvesti jusqu’en 2012 pour les compétitions juniors et féminines, ainsi que pour des programmes de formation d’entraîneurs et d’arbitres, a-t-il précisé.

Surtout, aux 250 millions d’euros de bénéfice net — 223 millions en 2004 au Portugal — que l’UEFA réinvestit dans ses propres programmes, il faut ajouter 450 autres millions provenant des recettes qui seront versés directement aux 53 fédérations nationales membres de l’UEFA et consacrés au programme Hat Trick, afin d’assister financièrement leurs projets de formation.

Et, depuis 1992, les recettes de l’Euro ont monté ainsi en flèche: 41 millions d’euros en 1992, 147 millions en 1996, 230 millions en 2000 et 852 millions pour l’Euro portugais en 2004.

Ce chiffre d’affaires provient de quatre sources principales: les droits médias (60%), les droits commerciaux (21%), les programmes d’hospitalité (12%) et la billetterie (7%). Le poids lourd des postes de dépenses a été l’organisation du tournoi (600 millions d’euros).

Côté tourisme, bilan lui aussi positif, selon les organisateurs: les supporteurs ont passé en moyenne 3,6 jours en Autriche et 3,4 en Suisse et y ont dépensé respectivement 1.326 et 983 euros.

Enfin, le site internet de l’Euro-2008 a connu un succès sans précédent avec plus de 62 millions de visiteurs provenant de plus de 200 pays et, en tout, 1,3 milliard de pages consultées, soit le double de l’Euro-2004.