D’après le magazine américain Forbes, la valeur financière des franchises du Championnat professionnel nord-américain de hockey sur glace (NHL) a augmenté lors de la saison 2009-2010. Un résultat surprenant puisque la moitié des franchises ont perdu de l’argent la saison dernière.

Les revenus de 16 clubs ont baissé alors que la valeur moyenne des 30 franchises a augmenté de 2% la saison dernière pour atteindre 228 millions de dollars (environ 173 millions d’euros). Plus étonnant encore. Près de la moitié des équipes de la ligue – 14 sur 30 – voient leur valeur diminuer. Le signe qu’une scission est en train de s’opérer entre les franchises les plus riches et les autres.

Et qui dit riche ne signifie pas forcément des résultats sportifs à l’avenant. Fort de ses 505 millions de dollars de valorisation (environ 383 millions d’euros), les Toronto Maple Leafs restent la franchise la plus riche de la ligue, alors que l’équipe canadienne n’a plus gagné la Stanley Cup depuis 1967. Les écarts entre les riches et les pauvres soulignent l’importance du marché local. Implantés sur des zones privilégiées, les New York Rangers (461 millions de dollars), le Canadien de Montréal (408 M$, alors que le club a été racheté en 2009 pour 575 millions de dollars), les Boston Bruins (302 M$), les Philadelphie Flyers (302 M$), les Chicago Blackhawks (300 M$) et les Vancouver Canucks (262 M$) voient leur valeur augmenter de 10% et plus.

Les six clubs ayant perdu le plus d’argent en 2009-2010 sont Phoenix (-20,1 M$), Florida (-9,6 M$), Washington (-9,1 M$), Atlanta (-8 M$), Buffalo (-7,9 M$) et Tampay Bay (-7,9 M$).