Les JO étaient censés redonner du tonus à une économie britannique en récession mais les professionnels du tourisme affichent leur déception alors que le centre de Londres semble déserté par nombre de visiteurs qui ont préféré échapper à la fièvre olympique et aux embouteillages.

Selon le syndicat de chauffeurs de taxis LTDA, l’activité est en baisse de 20 à 40%. Hôteliers, restaurateurs, directeurs de théâtres et de magasins sont également presque unanimes à se plaindre d’une baisse de l’activité. Pour l’instant, le nombre de visiteurs est considérablement plus bas qu’il y a un an, confirme Tom Jenkins, directeur général de l’Association des voyagistes européens (ETOA). Londres compte habituellement environ 300.000 visiteurs étrangers et 800.000 britanniques par jour en août. Cette fois-ci, on a implicitement demandé à ces gens de se tenir à l’écart et c’est ce qu’ils ont fait, explique-t-il.

Le Premier ministre David Cameron avait estimé l’impact économique des JO de Londres à plus de 13 milliards de livres (16,6 milliards d’euros) pour la Grande-Bretagne, dont 2,3 milliards grâce à l’augmentation du tourisme. La réalité semble bien différente.