Après avoir annoncé pouvoir accueillir 11.500 spectateurs par jour sur trois zones distinctes (5.000 sur le court Philippe-Chatrier, 5.000 sur le Suzanne-Lenglen et 1.500 sur le Simonne-Mathieu) durant Roland-Garros (27 septembre-11 octobre), la Fédération française de tennis (FFT) est contrainte de revoir ses ambitions à la baisse.

Dans le meilleur des mondes, la jauge sera limitée à 5.000 places par jour. Bien loin des 40.000 visiteurs en temps normal. Mais la décision a été imposée par la Préfecture de Police de Paris en raison de la dégradation de la situation sanitaire en Ile-de-France. Elle pourrait encore descendre à 1.000. Le ministre de la Santé, Olivier Véran a annoncé mercredi 23 septembre, la baisse de la jauge maximale de spectateurs autorisés dans les enceintes sportives de 5.000 à 1.000 personnes dans huit nouvelles grandes métropoles en France dont Paris et la petite couronne. Si le ministre a entretenu le flou autour de Roland-Garros, il est probable que le tournoi bénéficie d’une exception. Pour des événements comme Roland-Garros, une telle limitation est synonyme huis-clos.

Un coup dur pour le tournoi. La billetterie est un pilier de son modèle économique,de l’ordre de 18% de son chiffre d’affaires, comme les rendez-vous organisés par les entreprises en marge des rencontres, dans les loges du stade. Ce nouveau retournement de situation risque de plomber un peu plus le chiffre d’affaires d’une édition 2020 chamboulée par la pandémie. Et dire que l’épreuve française inaugure cette année le toit du court central ! Établi en 2019, le record de 520.000 spectateurs aurait sans doute été battu cette année avec l’organisation de sessions nocturnes, désormais possibles avec le toit et l’ajout d’un éclairage du court.

5 000 spectateurs au GP de France moto

Les organisateurs du GP de France, prévu le 11 octobre au Mans, ont eu le feu vert des autorités pour accueillir 5 000 spectateurs le jour de la course. En effet, en discussion depuis des mois avec les autorités et suite aux dernières annonces du Gouvernement (la Sarthe est en zone alerte), Claude Michy, le directeur de l’organisation a obtenu « le feu vert » du Préfet de la Sarthe pour faire venir du public. « On aura un siège sur deux dans les tribunes déjà existantes avec des écrans géants pour chaque tribune, explique Michy. Je n’ai jamais renoncé à organiser l’événement. On a un pilote qui a gagné des courses (Fabio Quartararo), un autre qui est ressuscité (Johann Zarco) et l’équipe Tech3 qui a gagné aussi (avec Miguel Oliveira). Ça serait dommage de manquer ça. » Seules les personnes déjà en possession d’un billet (l’événement avait été reporté) pourront tenter de décrocher le précieux sésame qui sera mis en ligne le 29 septembre à 10 heures, avec un paiement différé jusqu’au 4 octobre, pour prévenir d’éventuels changements de dernières minutes liés aux conditions sanitaires.