L’accord était dans les tuyaux depuis un certain temps. GDF SUEZ devient, pour cinq ans, Partenaire Officiel des Internationaux de France de tennis. Après son désengagement de l’Open de Paris qui portait son nom depuis 1993, le groupe énergétique passe à une nouvelle étape de sa stratégie de communication par le sport.

Le géant énergétique (81 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013) était déjà un partenaire historique du tennis au travers de la Fédération française (FFT) depuis 1992, de l’équipe de France de Fed Cup, de plusieurs tournois en région dont l’Open GDF Suez à Paris jusqu’à cette année, plus un team réunissant les meilleures joueuses françaises.

Son arrivée ne vient pas compenser le départ annoncé d’Alain Afflelou (le lunettier, présent à Roland-Garros depuis 2005, devrait être remplacé par l’horloger Longines, ndlr). GDF SUEZ devient aujourd’hui Partenaire Energie et Développement Durable de Roland-Garros pour une durée de cinq ans. Sa présence devrait notamment s’exprimer par des actions pédagogiques axées sur la responsabilité sociétale et environnementale.

A la recherche d’une nouvelle plate-forme de communication à l’échelle internationale (les internationaux de France de tennis sont diffusés dans deux cents pays. En 2013, le tournoi avait fait l’objet de 15.300 heures de couverture TV dédiée dans le monde selon la FFT, ndlr), le producteur français d’électricité et de gaz donne une nouvelle impulsion à son engagement dans le sponsoring sportif. Nous sommes très fiers de poursuivre et donner une nouvelle dimension à notre soutien en faveur du tennis, et plus particulièrement au tennis féminin. Ce nouveau partenariat avec Roland-Garros pour les cinq prochaines années participera au rayonnement international de la marque, confirme Valérie Bernis, Directeur Général Adjoint en charge des Communications, Marketing et Développement Durable de GDF SUEZ. Trop française, la politique de sponsoring du groupe énergétique, présent dans plus de soixante-dix pays, n’était plus tout à fait en phase avec ses ambitions internationales.

Le montant de l’accord passé avec la FFT reste confidentiel. Mais on sait que le partenariat avec la Fédération française de football (FFF), qui arrive à échéance après la Coupe du monde, revient à 4 millions d’euros. Une enveloppe équivalente au soutien du tennis féminin jusqu’ici.