L’horloger espagnol a décidé de poursuivre son aventure dans le cyclisme, mais en modifiant ses relations avec les coureurs et en participant à la lutte contre le dopage. Le projet est audacieux et très malin.

Les dirigeants de la société Festina ont géré au mieux la crise qui couvait. La marque est restée en retrait des affaires depuis le Tour de France, se contentant de sonder les Français par téléphone sur l’image de Festina et celle de ses coureurs. Les résultats de cette enquête montrent que le public n’est pas dupe sur les pratiques de dopage mais est prêt à pardonner. C’est pourquoi, le groupe a décidé de continuer de financer une équipe cycliste, tout en développant un arsenal de lutte contre le dopage destiné à dédouaner le sponsor des éventuelles dérives de ses coureurs.

Festina versera 4 MF à un fonds de lutte contre le dopage

Le groupe Festina consacrera près du quart de son budget .cyclisme à la lutte contre le dopage. Les moyens sont à la hauteur de l’objectif : transformer l’image d’une équipe de dopés en celle d’une équipe modèle. La mesure la plus symbolique est le versement d’un don de 4 MF à un fonds de lutte contre le dopage (soit une association indépendante, soit une fédération). La deuxième mesure concrète est le recrutement du biologiste français Gérard Dine en tant que conseiller médical (une caution morale pour l’équipe). Il sera chargé de procéder à un suivi médical approfondi des coureurs, plus rigoureux que les contrôles actuels, selon l’expression des dirigeants, Au rang des mesures plus subtiles, on notera que les contrats des coureurs contiendront désormais une clause de licenciement en cas de mise en cause dans une affaire de dopage.

Vers une fédération des sponsors

La direction de Festina a également fait part de sa volonté de créer une association des sponsors du cyclisme. Cette instance aurait pour objectif officiel d’établir un code éthique. Elle aurait pour vocation officieuse de constituer un interlocuteur cohérent et un contre-pouvoir vis-àvis des fédérations et des organisateurs de courses.

Enfin, l’équipe Festina sera profondément remaniée la saison prochaine. Nous demandons aux coureurs d’être honnêtes, et ils seront pardonnés, a déclaré le porte-parole du groupe. Cela signifie que Richard Virenque ne sera conservé dans l’effectif que s’il avoue s’être dopé.

FESTINA EN CHIFFRES

Le groupe
– CA France : 100 MF
– Investissement global annuel dans le cyclisme* : 35 MF

L’équipe cycliste
– Budget 1998 : 25 MF
– Salaire mensuel de Richard Virenque : 500 KF

* dont 5 MF en tant que sponsor du Tour de Fiance