Aucun responsable de Toyota, sponsor des Jeux olympiques de Tokyo, n’assistera vendredi à la cérémonie d’ouverture.

Le premier constructeur automobile mondial fait partie des partenaires majeurs du mouvement olympique, et qui ont contribué à hauteur de 500 M$ au total pour les Jeux de Tokyo. Aussi, la défection de ce sponsor TOP à la cérémonie d’ouverture des Jeux est une vraie surprise. Aucun responsable de Toyota n’assistera à la cérémonie d’ouverture et le groupe ne diffusera pas de publicités télévisées liées à l’évènement non plus.

Ces JO sont mal acceptés par une grande partie de la population japonaise du fait de la persistance de la pandémie. « Les responsables de Toyota n’assisteront pas à la cérémonie d’ouverture, et la raison principale en est qu’il n’y aura pas de spectateurs », a déclaré à l’AFP une porte-parole de Toyota. Plus tôt dans la journée de lundi, le directeur de la communication de Toyota, Jun Nagata, avait aussi déclaré à la presse que le maintien des Jeux à Tokyo était devenu quelque chose de « difficile à comprendre » pour la population japonaise. Selon des médias japonais, moins de 1.000 responsables olympiques et personnalités, y compris des représentants de sponsors, seront autorisés à assister à la cérémonie.

D’autres sponsors japonais ont suivi. Les patrons de Panasonic et Bridgestone n’iront pas non plus à la cérémonie par exemple, ni les responsables des groupes technologiques NEC et Fujitsu.

Outre les sponsors principaux du mouvement olympique dont fait partie Toyota (ainsi que deux autres groupes japonais, Panasonic et Bridgestone), engagés sur plusieurs olympiades et qui ont contribué à hauteur de 500 M$ pour les Jeux de Tokyo, une soixantaine d’autres sociétés nippones avaient investi 3,3 milliards de dollars (environ 2,8 milliards d’euros) dans les JO 2020, une somme record.