Après trois mois de chantier, Maître Coq IV, le monocoque 60 pieds de Yannick Bestaven, a retrouvé le bassin des chalutiers de la Rochelle. L’occasion de dévoiler la nouvelle décoration du bateau, à dominante rouge et noir… avec une touche de vert. Mais pourquoi du vert ?

Le monocoque du nom de son sponsor, Maître Coq, affiche désormais de nouvelles couleurs, noire, rouge et vert. Vert pour afficher un engagement écologique. « Le design avait peu évolué depuis notre entrée dans la classe IMOCA, en 2012. Nous avons souhaité cette nouvelle décoration, d’abord pour tourner la page des 50 ans de la marque, que nous avons célébrés en 2019, mais surtout pour la mettre en cohérence avec nos nouvelles ambitions », explique le directeur général de Maître Coq, Christophe Guyony. Le nouveau design de l’IMOCA est «en phase» avec celui du projet d’entreprise : « Inspiré pour demain ». Maître Coq met en œuvre un projet d’entreprise avec plusieurs enjeux majeurs, que ce soit au niveau social (embauche et formation interne), environnemental (optimiser le cycle de vie des emballages en limitant la production de déchets et le gaspillage des ressources), nutritionnel (mise en place du nutri-score sur les produits pour davantage de transparence vis-à-vis des consommateurs). Concrètement, le blanc dominant de la coque du précédent bateau laisse la place au noir, tandis que des touches de vert sont ajoutées à plusieurs endroits stratégiques (voiles d’avant, casquette, appendices). « Le vert qui s’inscrit ici comme une transition, est le symbole de nos nouvelles orientations sociétales et environnementales, poursuit Christophe Guyony. Maître Coq est une entreprise très ancrée localement en Vendée et s’appuie sur des éleveurs français depuis maintenant trois générations. C’est important pour nous de parler de ces engagements forts qui répondent aussi aux nouvelles attentes des consommateurs ». Il était également primordial de conserver sur le bateau les marqueurs de l’entreprise. La couleur rouge vif notamment, choisie pour la grand-voile, qui permet au bateau d’être identifiable de loin, ainsi que les emblèmes bien connus des consommateurs que sont la célèbre crête (à l’étrave) et le coq (voiles d’avant, casquette). Le traditionnel coq rouge est désormais accompagné d’un coq vert qui trône au milieu de la voile d’avant et de la casquette afin de montrer le cap. Il représente le symbole de l’ambition responsable de l’entreprise.

Cette mise à l’eau est un marqueurdes actions menées en interne puisqu’étaient présents le parrain de l’IMOCA, salarié Maître CoQ et les responsables des différentes commissions mises en place chez Maître CoQ pour préparer le Vendée Globe. Objectif : animer et partager au mieux cette circumnavigation avec les salariés, mais aussi les clients, les éleveurs etc…

Le monocoque 60 pieds a subi une cure de jouvence avant de s’attaquer en novembre au Vendée Globe, le tour du monde en solitaire et sans escale. Ce sera une première pour le skipper rochelais. Son bateau, un géant des mers de 18 mètres 60, est doté de tous nouveaux foils, de quoi lui permettre de voler au dessus des vagues. Après les premiers bords au large de La Rochelle, Yannick Bestaven partira pour le Portugal, pour un mois d’entrainement en haute mer. Le skipper convoiera ensuite son voilier jusqu’en Vendée pour prendre le départ de The Transat CIC, la transat anglaise en solitaire qui partita le 10 mai, cap sur Charleston aux Etats-Unis. Il faudra ensuite convoyer le bateau à New-York pour une nouvelle transat vers Les Sables-d’Olonne. Il sera ensuite temps de s’élancer (le 8 novembre) pour l’Everest des mers.