Pour sa 13e édition, disputée dans les Arènes de Metz, le Moselle Open a réuni un plateau de choix avec le Suisse Stanislas Wawrinka (N.4 mondial), les Tricolores Gilles Simon (N.10) et Jo-Wilfried Tsonga (N.17). Le tournoi mosellan se veut également novateur. TDF lance une expérimentation en installant un Wi-Fi ultra-haute densité aux Arènes. Une offre de service qui doit, à terme, révolutionner la manière de consommer le spectacle sportif.

Le 27 septembre, lors de la finale du Moselle Open, ils pourront être des milliers de spectateurs à transmettre simultanément un petit message, un selfie, une vidéo pour inonder les réseaux sociaux de commentaires et d’images du tournoi. L’air de rien, les Arènes de Metz sont en passe de devenir la première salle fermée de France à être équipée d’un Wi-Fi ultra-haute densité. Système déjà installé dans le nouveau stade de Bordeaux, le Matmut Atlantique. Le site mosellan présente la problématique de base quel que soit l’endroit : quand il y a une grosse concentration de personnes, les réseaux classiques, 3G ou 4G, sont vite saturés, notamment s’il y a des contenus vidéo.

Une première dans un site fermé

L’expérimentation, portée par TDF, doit permettre à plusieurs centaines de spectateurs de se connecter, sans difficulté et sans problème de lenteur, aux réseaux sociaux ou tout autre support Web. L’objectif est de permettre à 800 utilisateurs de se connecter en même temps. L’intérêt n’est pas uniquement d’avoir accès à son compte Facebook ou Twitter. Le dispositif doit permettre de tester des services en ligne, dits à la place, développés par TDF et les partenaires de l’événement. Par exemple : la livraison de la restauration directement à sa place dans les gradins ou du programme d’un spectacle. L’accès à des vidéos exclusives ou à des services en ligne sera aussi proposé sur le site internet des Arènes de Metz.

Si TDF a choisi les Arènes comme site pilote, c’est surtout par opportunité. L’entreprise dispose à Metz d’un centre d’études installé au Technopôle.

Avec l’expérimentation technique, les parties intéressées vont chercher à savoir quel usage le public va faire de cette nouvelle opportunité. Le Crem, le Centre de recherches sur les médiations de l’Université de Lorraine, accompagnera TDF et la Ville de Metz pour mieux comprendre les données numériques. C’est un nouveau modèle économique qui pourrait être validé par cette expérience. Notamment pour TDF qui complétera ainsi son offre commerciale.
En chiffres

• 5 000 spectateurs
• 800 personnes connectées simultanément
• 30 bornes WiFi Haute densité installées