La Ligue féminine de handball (LFH) officialise le nouveau nom de sa Division 1, rebaptisée « Ligue Butagaz Énergie » pour les trois prochaines saisons. La LFH est la première à faire du naming dans le sport féminin. Sur le nouveau visuel du championnat, les quatre doigts bleus de Bob, l’ours mascotte de Butagaz, empoignent désormais le logo du championnat de France.

Trois ans après le championnat masculin, devenu Lidl Starligue en 2016, c’est au tour de l’élite féminine du handball français de passer au naming. « C’est vraiment une émotion et une fierté d’être le premier sport “co” féminin à avoir un “namer” », se félicite Nodjialem Myaro, présidente de la LFH. Partenaire officiel des équipes de France féminine et masculine depuis 2017, le groupe Butagaz comptait déjà Nikola Karabatic et Allison Pineau, les deux têtes d’affiche tricolores, comme ambassadeurs. Avec cette collaboration, il permet à la LFH de devenir la première Ligue d’un sport collectif féminin à bénéficier d’un naming. « Cet accord, qui intervient symboliquement l’année des 10 ans de la Ligue, constitue un nouveau palier dans le projet de développement de la LFH, s’est réjouie Nodjialem Myaro. Nous avons gagné plus de 160 % de spectateurs en 10 ans et chaque année, nous voyons de plus en plus de personnes se déplacer dans nos salles pour suivre nos joueuses et admirer leurs performances (NDLR : plus de 250 000 cette année). Par les différentes actions que nous allons mener avec Butagaz, notre ligue va continuer à élargir son audience en touchant un public de plus en plus nombreux et, surtout, pourra renforcer son accompagnement en faveur des projets structurants des clubs. » Le montant, qui n’a pas été dévoilé, est moindre que le million d’euros annuel versé par Lidl pour accoler son nom au Championnat de France masculin. « C’est un engagement important, qui représente dix à quinze pour cent de notre budget communication », indique Emmanuel Trivin, président du groupe Butagaz (1 milliard d’euros de chiffre d’affaires).