La Fédération internationale de l’automobile (FIA) a annoncé qu’elle interdirait toute publicité en faveur du tabac dans le sport automobile à la fin de la saison 2006. Mais, au fait, pourquoi 2006 ?

Le message de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) est clair : Notre intention est de bannir la publicité en faveur du tabac dans le sport automobile international à la fin de la saison 2006. A la veille d’une campagne lancée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour lutter contre les méfaits du tabac. La FIA prend les devants au travers d’un communiqué annonçant l’interdiction définitive de la publicité et du parrainage de marques de tabac à partir de la fin de la saison 2006.

Le tabac représente l’une des sources de revenus les plus importantes du sport automobile. La FIA rappelle que ni elle ni ses compétitions ne sont soutenues par les cigarettiers. Toutefois, les fabricants de tabac apportent au sport automobile une manne d’environ 396 millions d’euros par an ! Les écuries devront donc trouver de nouvelles ressources pour compenser ce futur manque à gagner. Le débat qui oppose les constructeurs au Groupe Kirch concernant les Droits TV de la F1 prend une nouvelle dimension avec cette décision de la FIA.

Mais pourquoi fin 2006 ?

Pourquoi ne pas décider d’interdire la publicité sur le tabac dès 2004, par exemple ? D’abord, parce que la plupart des contrats passés entre les sponsors et les écuries courent sur plusieurs années. Mais aussi parce que cette date de fin 2006 revêt un caractère symbolique. En effet, une directive avait été adoptée par l’ Union Européenne dès 1998, dans le but d’interdire toute publicité pour le tabac à l’horizon 2006 sur l’ensemble du territoire communautaire. Cette directive avait été fortement contestée, au point qu’elle avait été annulée par une décision de la Cour de justice des communautés européennes en octobre 2000 (Affaire C-376/98 du 5 octobre 2000, République fédérale d’Allemagne contre Parlement européen et Conseil de l’Union européenne). Mais dans l’intervalle, la lutte contre le tabagisme avait fait son chemin dans bon nombre de pays. La France, précurseur en la matière (la Loi Evin date de 1991) a entraîné dans son sillage des pays nordiques tels que la Finlande ou le Danemark, mais aussi des pays anglo-saxons très critiques à l’égard de la position de l’UE, à commencer par le Royaume Uni, qui est sur le point d’adopter une loi antitabac stricte. De telles dispositifs législatifs sont aujourd’hui en discussions dans pratiquement tous les pays du monde. Bref, la FIA préfère suivre la tendance plutôt que de colporter une image conservatrice.

Pour en savoir plus, consultez le dossier thématique Cigarettiers.