Genii Capital annonce la vente de 35 % de ses parts dans l’écurie de Formule 1 Lotus F1 au consortium Infinity Racing. A ne pas confondre avec la marque haut de gamme du groupe Nissan (membre de l’Alliance Renault-Nissan), présente en F1 comme parraineur principal de l’écurie Red Bull, triple championne du monde en titre.

Le nouvel entrant est un consortium composé principalement d’investisseurs privés, dont un gestionnaire américain de fonds alternatifs et un groupe d’entreprises multinationales basées à Abu Dhabi, autour de la famille royale de l’Emirat du Golfe persique. Ce partenariat permettra à Lotus F1 d’améliorer sa compétitivité (…) et s’inscrit dans la volonté de la F1 de réduire ses effets sur l’environnement, explique Gérard Lopez, l’un des deux dirigeants de Genii Capital. Le fonds d’investissement conserve 65% du capital de l’écurie, Gérard Lopez reste président de Lotus F1 et Eric Lux, PDG de Genii Capital, conservera son rôle au sein du comité de direction.

L’opération confirme le besoin de trésorerie de l’écurie, qui ne peut compter sur un sponsor principal cette saison et dont les coûts sont grevés par l’achat du moteur auprès de Renault (ex-propriétaire de l’écurie) et… par Kimi Räikkönen. Le contrat du pilote finlandais prévoit des bonus selon le nombre de points marqués. Or, le Finlandais (vainqueur du Grand Prix d’Australie en début d’année) en rapporte beaucoup cette saison. Les dirigeants de Genii Capital compte sur l’arrivée du nouvel actionnaire pour trouver des partenaires. L’entrée dans le capital d’Infinity Racing va rendre Lotus F1 Team plus attractif sur le marché en tant que marque et ouvrira des opportunités pour de nouveaux sponsors majeurs, selon Gérard Lopez. Propos confirmés par Eric Lux. Avec Infinity Racing, nous avons trouvé un partenaire disposant des bonnes connexions, en plus d’une expertise technologique et d’une portée mondiale sur les grands marchés, avec les sponsors clés pour atteindre cet objectif. A suivre.