L’UEFA table su un record de recettes pour l’exercice 2011-2012 s’achevant par l’Euro 2012 en Pologne et en Ukraine, avec des revenus espérés s’élevant à 2,3 milliards d’euros, et un résultat net prévisionnel de 116 millions d’euros. Ce résultat est naturel pour notre type de modèle économique, l’Euro apportant une contribution majeure tous les quatre ans, explique l’UEFA dans son rapport de budget. En conséquence, le résultat net est positif lors d’une année avec Euro et négatif dans les années de l’intervalle.

Le résultat net de l’exercice 2009-2010 accuse en effet un déficit de 66,4 millions d’euros. Le budget prévisionnel tablait sur une perte nette de 80 millions d’euros. Le résultat net affiche donc une diminution des pertes de 17% par rapport aux prévisions. Le budget prévisionnel pour 2010-2011 est de -75 millions d’euros. Cela signifie qu’à côté des contributions au football européen émanant de nos compétitions de clubs, l’UEFA utilise principalement les revenus générés par la phase finale de l’Euro pour financer ses activités, précise le rapport.

La baisse par rapport aux précédentes perspectives financières stratégiques peut être expliquée par le fait que des coûts plus élevés pour l’Euro 2012 sont anticipés et que nous restons prudents dans notre budget en termes de revenus générés par cette compétition, poursuit le document. Mais cela n’a cependant aucun impact sur nos paiements de solidarité. Pour l’Euro 2012, l’UEFA attend 3% de gains en moins par rapport à l’Euro 2008 en Suisse et en Autriche, en raison notamment de conditions de ventes de billets plus difficiles, a précisé le directeur des finances de l’UEFA, Joseph Koller.