L’Italie travaille sur les mesures à prendre pour éviter une faillite de ses clubs, privés de matches et des recettes qui vont avec. Une task force a été mise en place au niveau de la ligue. Une des propositions étudiées serait la limitation du salaire des joueurs. L’hypothèse fait craindre une fuite «des cerveaux».

La Serie A est en alerte. Pourra-t-elle reprendre son cours ? Et si oui, quand pourra-t-elle reprendre ? Car derrière cette question se trouve une partie de la réponse à une autre question : combien coûtera la suspension de la compétition ? Et dans le pire des cas : combien coûtera à la Serie A une saison qui ne reprend pas. La ligue italienne aurait la réponse. Selon ses estimations divulguées dans la presse italienne, les pertes seraient de 720 M€ si la compétition ne pouvait pas reprendre. En mode huis clos, la casse serait limitée à 200 M€. Face à ce contexte exceptionnel, les clubs italiens cherchent des solutions. Les joueurs pourraient être mis à contribution. Le syndicat italien des joueurs a été consulté sur le sujet.

L’hypothèse de travail porte une diminution des salaires. La baisse irait de 15 à 30% selon les contrats. A moins de 100.000 €, aucune baisse ne serait effectuée. A plus de 1,5 M€ par an, ce serait la tranche haute avec une baisse drastique de 30%. Avec une baisse moyenne de 15% des salaires, la Serie A économiserait 250 M€.

Si l’accord des joueurs est un premier obstacle à franchir, la mesure pourrait avoir un effet pervers pour la Serie A. L’économie réalisée pourrait entraîner un départ massif des joueurs stars du championnat vers d’autres horizons. Pour sauver ses comptes, la Serie A perdrait de son attractivité retrouvée avec le «décret croissance», lequel permet aux joueurs impatriés d’être exonérés fiscalement de 70 % de ses revenus (90% si un joueur signe dans club du sud du pays).

Les tranches concernées
– 100.000 €/an : pas de baisse
De 100.000 à 500.000 €: -15%
De 500.000 à 1 M€ : -20%
De 1 M€ à 1,5 M€ : -25%
Plus de 1,5 M€ : -30%


Heart of Mildlothian divise les salaires par deux
En Ecosse, Heart of Midlothian est le premier club de l’élite du pays à annoncer une réduction des salaires des joueurs. Le président du club, Ann Budge, craignant que la pause du championnat s’éternise, a demandé aux joueurs d’accepter cette mesure vitale pour les Hearts. Celle-ci ne peut être effective sans l’accord du vestiaire. «Afin d’éviter un programme de licenciement et de protéger autant d’emplois que possible, je propose de mettre en place un programme de réduction des salaires», a fait savoir la direction du club. La diminution de salaire, si elle est acceptée, sera effective sur le salaire du mois d’avril. Les joueurs ont aussi la possibilité de «se voir offrir une rupture de contrat» en cas de refus. En Allemagne, le président du club de Dortmund Hans-Joachim Watzke a montré l’exemple en annonçant, selon l’hebdomadaire Kicker, qu’il allait réduire son salaire d’un tiers. Celui-ci est estimé à 1,9 M€ par an. D’autres initiatives de ce type pourraient suivre puisque le président du Land bavarois, Markus Söder, a demandé aux footballeurs jouissant de «très hauts salaires» des efforts financiers sur leurs émoluments afin de soulager les finances de leurs clubs. Quelques heures plus tard Max Eberl, le directeur sportif de Mönchengladbach, a indiqué que l’effectif allait aussi faire un geste. «L’équipe a proposé de renoncer à une partie de son salaire si cela peut aider le club et donc les employés. Je suis très fier des garçons. C’est un signal clair: nous défendons le Borussia, dans les bons comme dans les mauvais moments», a déclaré Eberl.