La ligue nord-américaine de basket-ball a résisté à la crise du Covid-19, mais les tensions raciales risquent d’avoir raison d’elle. Alors que trois matches ont dû être annulés mercredi pour cause de boycott, les deux clubs de Los Angeles (Lakers et Clippers) ne veulent plus reprendre les play-offs en signe de protestation face à l’injustice raciale.

Les tirs de la police contre sur l’Afro-Américain Jacob Blake font de nouveau exploser les tensions aux Etats-Unis. Un débat sur lequel les joueurs de NBA sont particulièrement impliqués, LeBron James en tête. Les Lakers et les Clippers, deux favoris pour le titre, ont exprimé hier le souhait de ne pas reprendre les play-offs, qui se déroulent dans la bulle de Disney World. Une réunion d’urgence s’est tenue consécutivement au boycott par les Milwaukee Bucks de leur match contre les Orlando Magic plus tôt. Une première dans la longue histoire de la NBA. Une initiative soutenue par les autres joueurs des équipes qui devaient également jouer mercredi et qui a contraint la NBA à reporter les trois matches au programme.

Les discussions pour savoir quelle suite donner à la saison doivent reprendre jeudi entre les joueurs. La ligue tiendra de son côté un conseil d’administration, impliquant les dirigeants et propriétaires de franchises, pour « répondre aux préoccupations des joueurs », a-t-elle annoncé.