La ligue espagnole de football (LaLiga) contracte avec un nouveau partenaire, GCOX, une start-up singapourienne spécialiste de crypto-monnaie. Un secteur qui s’étend dans l’univers du sport.

Global Crypto Offering Exchange (GCOX) apprécie particulièrement le sport. Après la tenniswoman Caroline Wozniacki, l’ancien footballeur britannique Michael Owen ou encore le boxeur philippin Manny Pacquiao, la plate-forme s’entend avec la Liga pour lancer sa propre cryptomonnaie. L’accord couvre l’Asie du Sud-Est. Il confère à la marque le droit de commercialiser des produits exclusifs auprès de ses clients et des fans de la Liga espagnole. Une zone géographique où le Real Madrid et le FC Barcelone comptent de nombreux supporters. Dans le cadre de cet arrangement, des jetons (des «tokens») La Liga seront commercialisés sur la plate-forme GCOX. Les détenteurs de tokens de la Liga auront l’occasion d’assister à des séances d’entraînement en Espagne, ainsi qu’à des événements organisés par la ligue espagnole de football en Asie. C’est «un pas important dans notre stratégie de développement en Asie», estime Ivan Codina, Directeur général de la Liga pour l’Asie du Sud-Est, le Japon, la Corée du Sud et l’Australie. La ligue espagnole espère également tirer de cette nouvelle forme d’engagement envers sa communauté une partie des revenus issus de la vente des jetons.

Le monde du sport voit de plus en plus dans les cryptomonnaies un moyen de développer des stratégies commerciales. Ainsi, le PSG va développer une offre de jetons pour donner à ses supporteurs des privilèges et des droits de vote sur certaines décisions avec la société chiliZ. La Juventus Turin lui a emboîté le pas. En NBA, les Dallas Mavericks acceptent désormais le paiement en Bitcoin pour la vente de places et produits dérivés via un accord avec Bitpay, un fournisseur de solutions de crypto-paiement. «Nous voulons que nos fans qui souhaitent payer avec Bitcoin aient l’occasion de le faire. BitPay leur permet de faire des achats en toute transparence avec les Mavs», a expliqué Mark Cuban, le propriétaire de l’équipe. En acceptant le Bitcoin, les Mavericks de Dallas rejoignent les Kings de Sacramento qui supportent ce mode de paiement depuis janvier 2014. Ce n’est pas la première fois que Cuban se penche sur la crypto-monnaie. Il soutient déjà un fonds d’investissement de 75 millions de dollars qui investit dans des start-up spécialisées dans ce secteur.

Récemment, la NBA et Dapper Labs, à l’origine du jeu Ethereum Cryptokitties, annonçaient le développement d’une plateforme blockchain baptisée NBA Top Shot qui permettra aux amateurs de basketball de collectionner et d’échanger des items numériques uniques.